En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Il est temps d'apprendre à cuire le poisson pané correctement

"Tu casses mon cœur de glace", les Naast.

(© Club Sandwich)

Quand le meilleur groupe des baby rockers a écrit "Cœur de glace", parlait-il vraiment d’un amour réfrigéré ? Pas si sûr, car l’amour passe aussi du froid au chaud avec les poissons panés, ces petits rectangles régressifs de notre enfance. Avec des marques de l’agroalimentaire essayant de se racheter une conduite avec une pêche plus responsable, on s’est dit qu’il était temps de se faire un petit poisson pané riz devant un bon téléfilm. Mais comme avec les pommes noisettes, pour avoir un poisson bien doré à la panure croustillante et bien chaud à cœur, il faut suivre quelques règles simples. Un bon poisson pané, ça se mérite. Et pas de ketchup les gars, un trait de citron et basta !

Ingrédients :

  • Des poissons panés
  • 1 demi-citron

#1. Ne pas suivre les instructions

(© Club Sandwich)

"7 minutes à feu moyen vif en retournant régulièrement", voici les instructions sur mon paquet de poissons panés. Déjà, en les retournant plusieurs fois, vous allez abîmer vos beaux bâtonnets et, franchement, à feu vif, on va tout faire cramer en gardant un cœur tout froid. Opter plutôt pour une cuisson à feu moyen sans ajout de matière grasse dans une poêle antiadhésive, en les laissant au moins 8 minutes sur la première face avant de les retourner pour le même temps de cuisson. Le but : garder le plus croustillant possible la panure, réchauffer à cœur le poisson, et obtenir une belle couleur dorée.

#2. Du riz et du citron

On respecte son souvenir d’enfance, et on sert les poissons avec un riz blanc, quelques herbes, et un trait de citron au dernier moment pour ne pas perdre tout le travail effectué sur le croustillant. Et si vous voulez sortir du rayon surgelé pour vivre une vie d’adulte, un beau dos de cabillaud juste passé dans la farine et cuit dans un peu de beurre citronné, c’est le feu.