Pour la Coupe du monde, un homme s’est procuré 32 bières venant des 32 pays qualifiés

Ce mec a tout compris et c’est un génie.

Intéressons-nous 2 minutes à la Coupe du Monde de football qui se déroule en ce moment, car nous n’en parlons pas assez (faux). Rien de mieux pour améliorer un match de football que de l’accompagner d’une bonne bière. Un fan de foot, et de bière, a poussé plus loin l’art de ce pairing incontournable. Son prénom : Gus.

À l’occasion de la compétition, le Britannique a réuni 32 bouteilles de bière, qui chacune provient d’un pays qualifié. Il prépare cette collection depuis la Coupe du monde 2014 qui a eu lieu au Brésil. Pour trouver toutes les bières, il a quand même eu quelques contraintes, dont celle de suivre toutes les qualifications, pour pouvoir sélectionner les bières de chaque pays.

"Oh non, j’ai dû aller à Barcelone pour l’Uruguay et à Paris pour le Sénégal et la Tunisie. Ça m’a pris beaucoup de temps, d’efforts et de recherches."

Des mois de recherches

Alors, vous vous dites sûrement : comment a-t-il fait pour toutes les trouver ? Surtout que certains pays comme l’Arabie saoudite ne sont pas forcément connus pour leurs alcools. Heureusement, il a reçu quelques coups de main de ses amis, partis en voyage en Amérique du Sud, qui lui ont ramené les bières du Costa Rica et du Panama.

Le jeune homme a aussi dû voyager en Europe, notamment à Barcelone, où il a trouvé une bière brassée en Uruguay. Mais revenons à la bière d’Arabie saoudite. Pour trouver ce breuvage, il a dû solliciter l’aide des internautes : heureusement pour lui, il a trouvé un twittos lybien qui connaissait une bière brassée en Arabie Saoudite et qui lui en a envoyé quelques bouteilles. Comme quoi, la bière, ça rapproche.

En ce qui concerne la dégustation, la règle du jeu est très simple : Gus boit la bière du pays qui perd le match. Il a donc déjà bu celles de l’Argentine, du Japon, du Portugal ou encore de l’Espagne, et des 17 autres pays déjà éliminés. On croise les doigts pour que la bouteille française ne soit jamais ouverte.

"J’aime vraiment cette Coupe du monde."