Le brieing, ou quand des daronnes anglaises prennent de la MDMA fourrée dans du fromage

On préfère du bon pain et un peu de beurre salé.

© Jennifer/Flickr

Nos amis anglais ont toujours vécu la fast-life quand il s’agit de s’agacer les neurones à base de stupéfiants. Mais la pratique de fourrer de la MDMA dans un fromage n’est pas franchement la suite du Summer of Love. Sacrilège ! Ce pauvre fromage qui n’a rien fait ! C’est comme ajouter de la crème fraîche aux pâtes à la carbonara finalement, en version vraiment interdite pas la loi. On savait que les Anglais avaient des goûts un peu étranges en matière de cuisine, mais de là à fourrer de stupéfiants une mignonne part de brie…

Des "brieing parties"

Une femme d’affaires britannique a raconté au magazine Metro qu'elles ont eu l’idée de consommer de la drogue entre amies dans le but pour booster leurs conversations qui pouvaient s’avérer ennuyeuses. Entre nous, il aurait peut-être mieux valu changer de potes, non ? L’histoire se complique quand on apprend que le groupe d’amies n’avait jamais consommé de MDMA. La femme d’affaires explique avoir dû appeler son fils, pour savoir comment prendre la drogue.

On peut imaginer la discussion un peu gênante du style : "– Allô mon chéri ? Tu as déjà pris de la drogue ? – Non, maman. – Bon arrête tes conneries, j’ai de la MDMA, comment on fait ?" #awkward. Après avoir appris par son propre fils qu’il fallait l’avaler, et non la sniffer, elle a eu l’idée de l’accompagner avec de la nourriture. "Alors on a enveloppé un peu de MDMA dans une feuille à rouler, et mis le tout dans du brie." Pauvre brie.

De cette expérience, le verbe "brieing" est né, même s’il y a peu de chance qu’il entre dans le dico l’année prochaine. D’ailleurs, soyons relax, un bon plateau de fromages sans surprise à l’intérieur suffira largement à exciter nos neurones.