En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Ketchup et steak trop cuit : comment Trump irrite les gourmets de l'Amérique

C'est en "massacrant" un steak haut de gamme que le président américain s'est attiré les foudres de certaines élites culinaires.

tsi-may-cover

Au menu du BLT Prime, un onéreux steakhouse du Trump Hotel de Washington D.C., on trouve une sélection de viandes triées sur le volet, comme des variétés de bœuf Angus maturées jusqu'à 28 jours pour une tendreté et des saveurs optimales. L'actuel président des États-Unis s'y est récemment rendu, poursuivi par sa réputation de grand carnivore, lui qui possède sa propre marque de steaks. Sur place, il a opté pour les "NY Strip", de fines lamelles de bœuf à 54 dollars (environ 51 euros), qu'il a commandées bien cuites, comme il les aime. Pourquoi pas, après tout ? À chacun a ses préférences en matière de cuisson.

Sauf que cette viande, Trump pouvait l'accompagner de toutes sortes de sauces de choix, le genre de sauces qui changent de celles que l'on trouve au kebab du coin : trois moutardes, vin rouge, béarnaise, chimichurri, bleu ou encore raifort. Mais non, en bon amateur de fast-food, le milliardaire a opté pour du ketchup, pourtant absent de la carte. Et ça exaspère considérablement les gourmets d'outre-Atlantique, qui lui avaient déjà reproché – entre autres – de manger son KFC avec des couverts.

Un steak qui en dirait long sur sa personne

Car si le ketchup est absent de la carte du BLT Prime, c'est qu'il y a une raison : il n'est tout simplement pas adapté à la viande de bœuf, surtout quand elle est haut de gamme. C'est ce qu'affirmait déjà en 2010 Nick Solares, présentateur de l'émission The Meat Show et expert de la question.

Sur le site Serious Eat, il écrivait : "Pourquoi diable quelqu'un recouvrirait des morceaux de bœuf si nobles et travaillés... avec un condiment aussi sucré et prononcé en termes de goût ?" Tandis que la sauce béarnaise est connue pour amplifier les saveurs grasses du bœuf, le ketchup les masque complètement. Et selon GrubStreet, c'est précisément la raison pour laquelle McDo et les autres franchises de fast-food badigeonnent leurs burgers avec.

Outre le ketchup, c'est la propension de Trump à commander systématiquement des steaks bien cuits qui tape sur le système de certains Américains. De nombreux chefs s'accordent en effet à dire qu'on ne peut apprécier pleinement les arômes du bœuf autrement que lorsqu'il est saignant.

"Si tu prends un beau morceau de bœuf, tendre et fin, et que tu le fais cuire au-delà de 55 °C, le muscle se tend et élimine toute l'humidité – comprendre : la saveur. C'est comme essorer une éponge", explique Aaron Foster, gérant d'une boucherie de Brooklyn. De son côté, Eater n'a pas manqué d'égratigner le président américain, estimant que ses "tics" culinaires en disent long sur sa personnalité :

"Une personne qui persiste à manger ses steaks à un mauvais degré de cuisson est une personne qui n'envisage pas le fait qu'il puisse y avoir une meilleure option. Et une personne qui arrose le tout de ketchup est une personne qui va toujours chercher à résoudre ses problèmes en les empirant."

C'est à croire qu'au-delà de sa politique, Donald Trump débecte l'Amérique à chacun de ses faits et gestes.

À lire aussi : Donald Trump, le président fast-food : ce qui va changer pour la bouffe américaine