En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : à la découverte du tofu puant de la street food taïwanaise

Dans leur dernière vidéo, les équipes de Great Big Story enquêtent sur le tofu à l’odeur de pourri, ultrapopulaire en Chine et à Taïwan.

Avec son nom peu conventionnel et son menu à faire défaillir les individus à l’odorat sensible, The Dai’s House of Unique Stink (littéralement, "la maison Dai à la puanteur unique") est un des restaurants spécialisés en tofu puant, typique de la street food de Taïwan. Poubelle pourrie, viande avariée ou pieds puants, voici les termes sympathiques utilisés pour décrire l’odeur de ce tofu fermenté ou "stinky tofu". La propriétaire du restaurant confie même à l’équipe de Great Big Story avec une pointe de fierté qu’ils ont déjà du déménager sept fois à cause de l’odeur.

Une recette traditionnelle

Le stinky tofu est issu d’un processus de fermentation qui se transmet de génération en génération. C’est bien connu, une bonne odeur passe toujours par une bonne saumure. Des plantes sont macérées pendant plusieurs années jusqu’à obtenir une forte concentration en bactéries. Le tofu sec va ensuite être plongé dans la saumure et absorber comme une éponge les différents éléments puis fermenter. Plus il trempe, plus il fermente, plus il pue. On ne va pas critiquer ce snack préféré des Taïwanais avant de l’avoir goûté parce qu’en France on est habitué à ne pas juger un plat par son odeur (coucou les adorateurs du reblochon et autre maroilles).

À lire ->Vidéo : pourquoi aime-t-on autant les fromages qui puent ?