En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Cinéma : l’aventure tokyoïte de René Redzepi dans Noma au Japon

Le documentaire retrace le déménagement du meilleur resto du monde de Copenhague à Tokyo.

Pendant six semaines, le chef superstar René Redzepi a décidé de partir avec famille, équipe et enfants au Japon. Le but : (ré)inventer le "meilleur resto du monde", Noma. Il a donc fermé les portes de son établissement copenhaguois apour ouvrir sa version éphémère tokyoïte. C’est ce moment que le réalisateur néerlandais Maurice Dekkers a suivi avec sa caméra. Noma au Japon a été vu et approuvé par l’équipe et le chef et sort en salles ce mercredi 26 avril.

Bien sûr, il s’agit d’une aventure aussi bien commerciale que gastronomique. Un repas à Noma Tokyo coûtait quelques centaines d’euros, mais l’histoire est aussi celle d’un processus créatif, de mois de réflexion intense et de recherches de produits improbables (kiwi sauvage japonais ou tortue !). Un véritable défi.

Une quête de perfection

Le réalisateur le savait : dans une cuisine, il n’y a pas beaucoup d’action : "Les gens travaillent, la tête dans leur assiette et ne se parlent pas beaucoup". Et pourtant, le documentaire ne manque pas de scènes émouvantes ou drôles. Lors de l'avant-première, le réalisateur a affirmé :

"Je ne pense pas que René Redzepi soit le meilleur chef du monde, René Redzepi a la meilleure équipe du monde."

C’est bel et bien à un vrai travail d’équipe que l’on assiste à l’écran. Des moments dans la campagne japonaise, où les chefs goûtent toutes les plantes, branches, feuilles et même fourmis qu’ils trouvent. Jusque dans les cuisines où s’élaborent des plats d’une complexité fascinante. Crevette vivante au sel de fourmi, canard mariné au pain de seigle et champignon, tarte aux palourdes ou chirachi d’agrumes. Entrapercevoir la quête de perfection de René Redzepi à travers une heure et demie de documentaire est un plaisir.