En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Rencontre avec les réalisateurs du docu Barbecue, une histoire de feu à travers le monde

Après une présentation à SXSW, le documentaire arrive sur Netflix cette semaine.

Traverser 12 pays, faire le pont entre toutes les cultures et nous rappeler que l’homme a grandi le jour où il a exposé la chair d’une viande fraîchement chassée à la chaleur d’une flamme, c’est le propos de Barbecue, le documentaire australien de Matthew Salley et Rose Tucker. À l’occasion de sa sortie ce 15 août sur Netflix France, nous avons posé quelques questions à Rose sur le pourquoi et le comment de ce film hors norme.

Club Sandwich | Quand es-tu tombée amoureuse du barbecue, et comment est née l’idée d’un docu sur ses origines à travers le monde ?

Rose | Matthew [le réalisateur, ndlr] et moi avons grandi en Australie, où le barbecue au fond du jardin est incontournable. On a été chanceux de voyager, et on a rapidement remarqué que partout où on allait il existait un engouement similaire pour la viande cuite sur le feu. C’est vraiment lors d’un road trip au Texas que l’idée du docu a commencé à grandir en nous. On a rencontré beaucoup de "pitmasters" texans et leur passion et leur savoir-faire nous ont inspirés. Le plus important, c’est qu’on a compris à ce moment-là que le barbecue n’était qu’un prétexte pour lancer des discussions sur la famille, la communauté et la culture des gens en train de cuisiner ou déguster ce fameux BBQ.

On a ensuite commencé à planifier le documentaire. On a visité 12 pays différents, des endroits ultradivers niveau culture et géographie. On voulait tout de suite montrer que malgré les différences, il y a ces petites choses que tous les humains ont en commun.

Peux-tu nous raconter tes meilleures expériences autour d’un barbecue ?

C’est dur de parler de "meilleur barbecue" sans lancer une guerre, mais souvent ce n’est pas le goût qui rend ces moments une expérience unique, mais l’atmosphère et le contexte de l’événement.

Pour moi, en tant qu’Australienne, c’est dur de battre un simple BBQ d’ici, un truc très simple : une bonne saucisse, du pain et un peu de sauce tomate. Les potes, la famille, et une saucisse, rien de plus.

J’ai aussi une affection particulière pour le barbecue arménien. Les khorovats [brochettes typiques des barbecues arméniens, ndlr] tous chauds tout juste sortis du feu, un shot de vodka, c’est juste parfait. Évidemment, le BBQ texan sort du lot lui aussi, un brisket cuit pendant des heures et des heures, c’est le meilleur truc au monde.

Alors que la consommation de viande est au cœur des discussions, comment vois-tu le futur du barbecue ?

Dans notre docu, on s’est vraiment fixé sur les gens, l’aspect culturel du barbecue. On ne s’est pas permis de jugement sur la façon de consommer la viande. On a posé parfois la question. Et dans certains pays, le choix de ne pas manger de viande ne se pose même pas. En Mongolie, les nomades sont autosuffisants, et leurs animaux sont leur première source de vie. C’est d’ailleurs dans ces régions qu’on respecte le plus l’animal. En Mongolie et aux Philippines, les animaux sont tués et préparés sur place, et on ne jette absolument rien.

Dans le film, on voit le barbecue comme un événement, et pas comme un mode de consommation quotidien. Du coup, même s’il semble évident que diminuer sa consommation de viande est important, nous n’avons pas vraiment abordé le sujet.

Le barbecue, c’est donc pour rassembler les gens, presque comme une religion. Tu connais d’autres nourritures capables de donner ce sentiment ?

Partout dans le monde, quand il s’agit de célébrer quelque chose, il y a forcément un barbecue. C’est pratique pour nourrir un grand nombre de personnes en plus. En fait, on l’associe tellement à la famille et aux amis que tout le monde voit le côté chaleureux, ça te rappelle forcément chez toi un bon BBQ. Je ne pense pas qu’il y ait un truc capable de te faire ressentir la même chose. Comme on dit, "tu te fais pas des potes autour d’une salade".

C’est quoi la suite après Barbecue ?

Matthew et moi avons déménagé aux USA. Le film a été présenté à SXSW en mars et maintenant on est comme des gamins à attendre la sortie sur Netflix [ce 15 août, ndlr]. On est basés à Brooklyn, et on commence à bosser sur notre prochain docu, qui sera forcément un autre truc épique.

Pour finir, tu as une marinade ou un secret BBQ à nous confier ?

Je préfère quand ça reste simple. Au Texas, les meilleurs briskets sont préparés juste avec du sel et du poivre ! Et je suis aussi d’accord avec les Texans pour dire que la viande doit être suffisamment bonne pour se passer de sauce !