En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

trap-kitchen

Trap Kitchen : quand deux membres de gangs rivaux joignent leurs forces aux fourneaux

Non, Trap Kitchen n'est pas le titre de la dernière mixtape de Migos ou de Gucci Mane. On parle bel et bien de cuisine là.

Les textes des artistes issus du courant musical trap (le rap des dope dealers du sud des États-Unis, ndlr) grouillent de termes appartenant au lexique culinaire. À les écouter, les rappeurs sont "dans le four", où ils "cuisinent" et "mélangent" toutes sortes de mixtures qui n'ont rien à voir avec les petits plats mijotés par votre grand-mère. Dans la Trap Kitchen de Malachi "Spank" Jenkins et Roberto "Bad News" Smith, il est également question de cuisine, mais sans les lourds sous-entendus qui vont avec.

Ces deux entrepreneurs sont originaires de Compton, le quartier de LA qui a notamment vu naître Dr. Dre, The Game ou Kendrick Lamar, tristement célèbre pour ses incessantes guerres de gangs. "Spank" est un Crips, "Bad News" est un Piru. Ce sont un peu les Montaigu et Capulet de la street, sauf que leur haine réciproque a fait bien plus que deux victimes. Fort heureusement, la cuisine les a fait délaisser le bleu et le rouge de leurs cliques respectives pour le drapeau blanc de la paix.

Kobe Bryant, Snoop Dogg et le couple Kimye en sont fans

Ensemble, ils montent Trap Kitchen, un service de traiteur "underground" qui opère dans tout Los Angeles avec son compte Instagram pour seule interface. Les photos des plats du jour sont postées directement sur le réseau social, avec un numéro que les clients doivent appeler pour passer commande. Pas d'établissement, ni même de food truck, au grand dam des habitués qui raffolent de leur soul food. "Ils pensent souvent que nos grand-mères cuisinent pour nous", s'amusent-ils auprès de Great Big Story. Nul besoin de l'aide des aïeules quand on compte parmi les forces en présence un ancien élève du Cordon Bleu, une prestigieuse école culinaire de Las Vegas.

"Je parlais à ma mère et elle me disait que je devais faire quelque chose de ma vie. Je me suis posé la question : ‘ok, qu’est-ce que je peux faire ?’. Puis j’ai vu cette pub du Cordon Bleu à la télévision. Je me suis dis ‘ça a l’air quand même cool, je pourrai probablement en tirer quelque chose, je pourrai faire de l’argent en cuisinant’", se rappelle Malachi Jenkins.

À l'origine, la Trap Kitchen souhaitait proposer une nourriture de qualité aux habitants des quartiers qui n'ont pas forcément les moyens de se payer les restaurants étoilés. Mais aujourd'hui, même ceux qui ont leur table dans toutes les enseignes les plus renommées de LA privilégient la cuisine des deux hustlers. Kobe Bryant, Snoop Dogg, Ice Cube, Kanye West et Kim Kardashian ont déjà fait appel à leurs services, tandis que Kendrick Lamar les a même engagés pour être le traiteur de son mariage. Jamais une telle came n'est sortie des fourneaux.

À lire -> Ghetto Gastro, ces cuistots activistes qui règnent sur la nuit new-yorkaise