En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Connaissez-vous le glyphosate, le pesticide qui envahit nos assiettes ?

Le glyphosate est un désherbant chimique présent dans de nombreux pesticides, et qui de ce fait se retrouve directement dans nos assiettes.

(© Glenn Carstens Peter/Unsplash)

Le glyphosate, c’est quoi ?

Le glyphosate est la matière active herbicide la plus utilisée dans le monde. C’est aussi une des plus étudiées par les scientifiques. En mars 2015, cette substance a été classée "probablement cancérigène" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’ONG Générations Futures a effectué une enquête pour analyser les traces du glyphosate dans les aliments vendus en supermarché. Trente aliments à base de céréales ou de légumineuses ont été achetés et envoyés à un laboratoire spécialisé en analyse alimentaire.

Dans quels aliments on en trouve ?

Du glyphosate a été détecté dans sept sortes de céréales pour le petit-déjeuner, notamment dans les flocons d’avoine grillés aux pommes de la marque Granola et les Weetabix Original 95 % blé complet. Sept légumineuses sur douze, comme les lentilles vertes Vivien Paille et les pois chiches Leader Price. Deux produits sur sept de la marque de pâtes haut de gamme Garofalo contenaient également du glyphosate.

Quel est l’avenir du glyphosate ?

La décision de la prolongation ou non de la licence de la marque Roundup de Monsanto sera prise le 9 novembre, après une énième consultation. La commission Européenne propose un texte prolongeant de 5 ans l’utilisation de l’herbicide. Ce dernier va être soumis au vote des représentants de 28 états membres.

La commission avait proposé le 25 octobre une prolongation de la licence de 10 ans, mais de nombreuses capitales s’y étaient opposées dont Paris, Vienne, Rome et Bruxelles.

Une décision commune à prendre

Il faut maintenant que les États réussissent à enfin s’entendre entre les partisans du glyphosate, regroupant 16 pays (Irlande, Royaume-Uni, Espagne, Hongrie, Pologne…) et ceux qui prônent une disparition progressive de cet herbicide. La France s’est prononcée pour que le renouvellement n’aille pas au-delà de quatre ans. Cependant la notion de sortie progressive ne figure pas dans la proposition de la Commission présentée ce vendredi.

Si les États ne parviennent pas à une décision commune, la commission peut se prononcer seule sur la question. Cependant, l’institution a fait savoir qu’elle n’en avait pas l’intention et qu’elle allait attendre que les États se mettent d’accord, appelant à "une responsabilité partagée".

À lire -> Glyphosate : une agence de sécurité alimentaire accusée d’avoir copié-collé un rapport de Monsanto