En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

chtuyp0veaqzly1

Donald Trump, le président fast-food : ce qui va changer pour la bouffe américaine

Le nouveau président des États-Unis adore la junk food, au point d’avoir nommé un patron de chaîne de burgers comme ministre du travail.

McDonald’s, KFC, pizza… À chaque fois que Donald Trump s’est affiché avec de la bouffe pendant sa campagne, c’était avec de la junk food. Il aime le répéter : il adore les burgers, le poulet frit et les chaînes de fast-food en général. Exit le jardinage et les légumes verts de Michelle Obama : avec l’arrivée du 45e président des États-Unis, c’est le retour du bon vieux gras old school.

Donald Trump est aujourd'hui président, mais il est aussi patron d'une douzaine de restos de luxe. Et autant dire qu'il n'est pas un exemple : il est entre autres accusé d’oublier de rémunérer ses employés ou d’engager uniquement des femmes très attirantes. Ça commence bien... Tour d’horizon de ce qui pourrait changer dans l’assiette des Américains avec Trump à la tête du pays.

Pour commencer, son obsession anti-mexicaine aurait une conséquence directe, notamment sur l'agriculture. Si Trump s’en tient à son objectif de réduire drastiquement la présence de Mexicains sur le sol, les premiers à en pâtir seront les agriculteurs et les restaurateurs. La plupart des travailleurs dans ces secteurs viennent du Mexique et ils auront du mal à affluer avec un grand mur à la frontière.

Les agriculteurs perdraient donc 30 % à 40 % de leurs revenus, selon une étude de la plus grande organisation agricole du pays. Suite au manque de main d’œuvre, les coûts de production vont augmenter et, par conséquent, les prix. Résultat : les Américains vont payer leurs courses 5 à 6 % plus cher.

Moins de réglementations agricoles et alimentaires


Quant à l’effet de l’alimentation sur l’environnement et vice versa, Donald Trump s’en fout un peu. Son truc, c’est le charbon et pour lui, le concept de réchauffement climatique a été inventé par la Chine. Pourtant, les zones agricoles connaissent des sécheresses et des inondations importantes depuis des années.

Pour Trump, l’idéal c’est d’avoir de moins en moins de règles, à la fois pour les agriculteurs, pour l’information du consommateur, pour les emballages, pour l’hygiène…  Le président a même trouvé un petit nom à la FDA, l’agence de sûreté alimentaire américaine, et l’appelle la "Food Police", rappelle le magazine américain EaterPour se nourrir, Trump a l’air de faire plus confiance aux chaînes de fast-food qu’à une institution étatique.

Pour lui, les McDo et autres Burger King sont plus propres et plus sûrs que d’autres restos. "C’est un certain standard", affirme-t-il. Et puis il faut dire qu’il adore les Big Mac. Bien sûr, c’est une question d’image, comme le raconte le New York Times. Pendant la campagne, il s’est montré avec ces plats pas chers et pratiques, histoire de montrer qu’il vient d’en bas, de la classe moyenne, même s’il possède une douzaine de restos.

La nourriture fait partie du story-telling


Dans un livre paru en 2005, il racontait plutôt qu’il mangeait du poisson et des légumes, qu’il raffolait de gazpacho de tomates anciennes avec de la courge d’été et du sorbet d’airelles. Pour passer du statut de millionaire bling-bling à président des petites gens, il a mis l’accent sur sa passion pour les "meatloafs" (pains de viande), les hot dogs, les mac and cheese et autres steaks trop cuits.

Suite logique, il a nommé comme ministre du travail Andy Puzder, le patron des chaînes de burgers Carl’s Jr et Hardee’s. Le genre d’enseigne qui fait sa pub avec des jeunes femmes blondes à forte poitrine presque nues qui s’éclatent en croquant dans leur sandwich au bacon… 

Alors, on oublie le potager à la Maison-Blanche et la première dame qui vante les bienfaits des navets ? Pas vraiment. Sauf qu'au lieu de Melania Trump, c'est sa belle-fille, Ivanka, qui devrait reprendre ce rôle. Sur Instagram, elle met des photos de ses capuccinos, de ses déjeuners avec ses enfants, leur prépare des céréales aux baies de goji et donne des conseils de nutrition. Chacun son rôle chez les Trump.

Ideas for #mealplanning that will make the week fly by. (Link in profile.) @maria_marlowe #MealPrep

Une photo publiée par Ivanka Trump (@ivankatrump) le