En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

5409326874_10098b616a_b-810x423

Le grand chef Massimo Bottura va ouvrir 9 réfectoires populaires aux États-Unis

Le cuisiner italien à la tête du deuxième meilleur resto du monde continue de s'engager dans la lutte contre la faim et le gaspillage alimentaire. 

5409326874_10098b616a_b-810x423

Quand un chef devient une star de la cuisine, il a tendance à multiplier les restaurants à travers le monde dans le but de poser sa marque sur tous les continents. Ce n'est pas vraiment le cas de Massimo Bottura dont l'établissement est arrivé cette année en deuxième position sur la liste des meilleurs restos du monde. L'année précédente, il s'était classé premier. La folie médiatique et l'explosion des réservations ne lui sont pas montés à la tête. Le cuisinier continue de s'engager contre la faim dans le monde et le gaspillage alimentaire en plus de gérer les cuisines de son Osteria Francescana à Modène, en Italie.

Après les JO de Rio, les États-Unis

Cette fois, Massimo Bottura, connu pour  sa réinterprétation des traditions et des produits italiens à l'image de son assiette de parmesan en cinq âges d'affinage et cinq textures différentes, veut agir du côté des États-Unis. Son association Food For Soul, présidée par sa femme, Lara Gilmore, prévoit d'ouvrir neufs réfectoires dans le Bronx, à Washington, Miami ou encore Los Angeles. Les refettori sont des lieux destinés à récupérer des aliments consommables qui étaient prêts à être jetés pour nourrir les plus démunis.

Le couple n'en est pas à son coup d'essai. L'histoire des refettori a commencé à Milan en 2015. Lors de l'exposition universelle, il s'associe avec le Vatican et une soixantaine de chefs. Idem l'année dernière, lors des JO de Rio où il a cuisiné pour les favelas avec les restes de nourriture du village olympique. Un refettorio va ouvrir en juin à Londres avant que le concept ne soit étendu à l'Amérique. Comme l'explique Lara Gilmore au site Grubstreet :

"Nous ne savons même pas pourquoi nous faisons Food For Soul, mais on a eu une réponse positive, et après toutes ces années, nous aimerions faire autre chose d'Osteria qu’un restaurant gastronomique. Notre but est finalement de lancer un projet qui ait un impact sur les gens."

À lire -> Et le meilleur resto du monde est...