En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

En Indonésie, la "mafia du piment" fait monter les prix

Plusieurs personnes ont été arrêtées pour avoir manipulé le prix du précieux condiment.

©Jonathan Niederhoffer/Unsplash

© Jonathan Niederhoffer/Unsplash

Riz, nouilles sautées, bouillon de poulet aux épices : en Indonésie, le piment est roi et il vaut de l’or. À tel point que certains s’organisent pour contrôler son prix. Plusieurs personnes ont été arrêtées, soupçonnées de faire partie d’une “mafia du piment”. L’annonce a été faite par l’unité spéciale qui s’occupe de ces questions et relayée par Bloomberg. Le piment est une affaire sérieuse dans l’archipel indonésien.

“Les Indonésiens mangent du piment tous les jours. Nous mangeons du piment pour le petit-déjeuner”, nous resitue Suharman Tabrani, qui travaille pour la banque centrale indonésienne. Que vient faire une banque dans ces histoires de piment ? En fait, le condiment est tellement essentiel qu’il est devenu un étalon de l’économie du pays. Quand son prix monte, c’est tout le reste des produits alimentaires qui devient hors de prix. Cette inflation a ensuite un effet global sur les finances nationales.

"Le piment est un marqueur clé de l’inflation de l’alimentation. On le retrouve partout, des nouilles instantanées aux bols de sauce sambal des restaurants, dans la street food ou dans les recettes des échoppes à roulette sur les trottoirs de toutes les villes", détaille Bloomberg.

Du piment à l'inflation

Le gouvernement, la police et Bank Indonesia se sont donc associés pour traquer et mettre en prison le gang des piments. Dernièrement quatre personnes ont été arrêtées, car elles contrôlaient la chaîne de distribution. Plus précisément, elles achetaient du piment, mais au lieu de revendre les précieux fruits sur des marchés domestiques, elles s'adressaient directement aux grandes entreprises. Résultat : en février, le prix du condiment avait triplé, ce qui fait monter le prix des autres aliments de base. Et dans un pays où la moitié des habitants vit en dessous du seuil de pauvreté, la situation est délicate.

Pour contrer le gang des piments, le gouvernement a mis en place une campagne pour inciter les gens à faire pousser leur propre nourriture. Ses représentants se baladent donc dans les campagnes et distribuent des graines tout en donnant des conseils de culture. D’autres produits sont également visés par des groupes criminels. L’unité spéciale anti-inflation se pencherait actuellement sur le sucre, mais c’est encore secret.