En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le lobby de la viande veut protéger ses appellations contre les substituts végétariens

Peut-on appeler du bacon un produit qui contient uniquement des éléments végétaux ?

sweet-and-spicy-bacon-with-scallionginger-relish.jpg

Kebabs au bacon sucré-salé à la sauce au gingembre et oignons verts. (© Ted Cabanaugh/Epicurious)

Le lobby de la viande lutte pour créer un label européen plus strict contre les "fausses viandes" végétariennes : jambon végétal, saucisse végane, merguez sans viande ou encore bacon végétarien… Des appellations qui devraient selon eux être interdites aux produits végétariens ou végans, et réservés à la viande animale. Nick Allen, le directeur de l’Association anglaise des producteurs de viande (British Meat Processors Association) s’est récemment confié à Munchies sur ses intentions :

"C’est simple, la viande est un produit qui vient des animaux. Toute autre utilisation de ce mot en dehors de ce contexte déçoit le consommateur. Ce qui est plutôt drôle, c’est que lorsque ces gens utilisent le mot viande, ils reconnaissent par là qu’il n’existe pas de substitut."

L’argument : ces appellations perturbent le consommateur. Le lobby de la viande trouve plus cohérent des noms comme "bandes végétariennes texturées à base de soja" pour qualifier l'accompagnement idéal des œufs au plat au petit-déjeuner. Ces producteurs de l’Union européenne essayent de faire pression pour créer un label commun s’inspirant par exemple de la régulation italienne où seul un produit à base de porc peut s’appeler "jambon".

Des éleveurs français passent à l’offensive

En France, en janvier dernier, l’Association française pour la promotion des terroirs et des saveurs avait rédigé un communiqué pour l’ancien ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. Ils ont ainsi appelé à interdire l’utilisation de ces dénominations pour la commercialisation des produits ne contenant pas de viande. D’après le Journal officiel de l’Assemblée Nationale qui a statué en février dernier : "l’utilisation de dénominations définies par les usages telles celles utilisées en charcuterie par exemple : 'merguez, chorizo…' accolées au qualificatif 'végétal' est considérée comme de nature à induire le consommateur en erreur". Une réglementation spécifique à nos rayons végétariens semble donc être en cours.