En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Quand l’odeur dévastatrice d’un durian oblige l’évacuation d’une bibliothèque à Melbourne

C’est ballot pour tes révisions.

(© Unsplash/Jonny Clow)

En Europe, on ne croise pas le durian tous les matins. Pourtant, sa réputation a déjà traversé la moitié de la Terre, le fruit possédant le doux titre de "fruit qui pue le plus au monde". Délicieux pour certains, immangeable pour d’autres, ce fruit à la coque pleine de piquant polarise les palais, mais attaquera l’odorat de toute personne découpant sa chair jaune et collante. Odeur de poisson pourri, effluves d’hydrocarbures, vestiaire de rugby, chacun y va de son hyperbole pour décrire le parfum de ce fruit mystérieux. Interdit en avion et dans de nombreux hôtels en Asie, le bon fruit a encore fait des siennes ce week-end à Melbourne en Australie.

Panique à la bibli

Un peu après 15 heures ce samedi 28 avril, une odeur faisant penser à une fuite de gaz oblige les pompiers à faire évacuer la bibliothèque universitaire RMIT de Melbourne. Selon Channel News Asia, plus de 500 étudiants et professeurs ont été invités à vider les lieux afin de laisser les pompiers enquêter sur la source de cette odeur suspecte. Pas de fuite de gaz prête à faire exploser l’édifice à déplorer, mais un simple durian pourri, oublié dans un casier par un aficionado du fruit à la réputation sulfureuse. Il faudra pas moins de trois heures d’intervention de la part des pompiers australiens avant que la bibliothèque ne puisse rouvrir ses portes, tout ça à cause d’un simple fruit.