En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Morgan Spurlock ouvre un fast-food dans Super Size Me 2 : Holy Chicken

Toujours aussi impliqué dans ses projets, l’homme qui avait fait réfléchir toute la planète sur la malbouffe revient pour aborder la question de l’élevage intensif de volailles.

© Festival du film de Toronto (TIFF)

Grâce aux plateformes de streaming comme Netflix, les documentaires qui exposent les pires aspects de l’industrie alimentaire sont désormais accessibles à tous, en permanence. Super Size Me, un des premiers films du genre, avait d’ailleurs provoqué une véritable prise de conscience collective, sans doute la plus importante à ce jour.

Plus de dix ans plus tard, Morgan Spurlock revient pour lever cette fois le voile sur le marketing utilisé par les chaînes de fast-food qui servent du poulet "élevé en plein air".

Actuellement présenté au Festival du film de Toronto (TIFF), Super Size Me 2 : Holy Chicken ("le poulet saint"), suit Morgan Spurlock pendant toutes les étapes de l’ouverture de son propre restaurant.

Traduction : Je suis avec Morgan Spurlock et son food truck Holy Chicken avec des friandises gratuites.

Révélant tout le processus, de l’achat des poulets jusqu’à l’ouverture du restaurant au public, le documentaire est aussi instructif que divertissant.

Selon IndieWire, cette suite devrait nous pousser à nous interroger sur notre passion inconditionnelle pour des chaînes comme McDo et KFC en révélant le coût humain et animal sur lequel ils reposent.

Pour les anglophones, la vidéo ci-dessous montre Morgan Spurlock et ses deux producteurs (Jeremy Chilnick et Matthew Galkin) en entretien avec le LA Times sur l’impact du premier film, ainsi que sur cette suite, qui n’est pas destinée à dégoûter les spectateurs du poulet à vie, mais à les éduquer sur les mensonges propagés par l’industrie alimentaire et le marketing.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet