En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Les odeurs de friture sont désormais condamnables en Italie

Un couple de la petite commune de Monfalcone a récemment été condamné pour "harcèlement olfactif" envers ses voisins.

Frito misto

© Stijn Nieuwendijk/flickr/cc

Des chutes de mégots intempestives au tapage causé par les fêtes qui se prolongent jusqu'au petit matin, il y a pléthore de motifs pouvant expliquer une querelle de voisinage. TF1 avait un temps essayé d'en faire son fond de commerce avec Voisins, vont-ils se mettre d'accord, une émission facilement oubliable et oubliée. Cela dit, si le programme n'avait pas si vite été écourté, la chaîne aurait pu trouver un bel exemple de chamaillerie à Monfalcone, une commune du nord-est de l'Italie. En 2004, un couple a en effet déposé une plainte contre ses voisins pour des odeurs "persistantes et nauséabondes".

"On aurait dit que leur cuisine était dans mon salon"

Pas de vapeurs toxiques ou d'animal en putréfaction : d'après Munchies, ce sont des émanations de cuisine qui étaient cette fois mises en cause. À commencer par celles de fritto misto, recette milanaise de cervelle et de ris de veau baignés dans l'huile de friture. "L'immeuble était imprégné de l'odeur de sauce, de pâtes et d'aliments grillés. On aurait dit que leur cuisine était dans mon salon", confiait un membre de la partie plaignante au Times.

Il a fallu 13 ans à la justice italienne pour venir à bout de ce dossier, passé successivement en première puis en seconde instance, avant d'être amené devant la Cour Suprême de cassation à Rome. Ses magistrats ont épluché les nombreux précédents – on recense chaque année un million de plaintes du même type – et ont finalement condamné les cuisiniers à 2000 € d'amende. Une amende qu'ils n'auront toutefois pas à payer, prescription oblige, mais qui devrait faire jurisprudence au pays du ragù et de l'osso-buco. Mauvaise nouvelle pour les restaurateurs.