En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

On a testé Salatim, cantine israélienne dépaysante au cœur de Paris

La joyeuse cantine Salatim sert les plus savoureuses spécialités israéliennes aux Parisiens en manque de chaleur et de saveurs. 

© Salatim Paris

Mercredi, à 13 h 10, une bonne trentaine de personnes sont agglutinées devant le restaurant bondé. Une file d'attente pour les commandes à emporter et une autre pour ceux qui veulent manger à l'intérieur. Après une honnête attente, on peut s'installer direction Israël. Les couleurs, les odeurs, la musique, l'ambiance, tout dépayse et rappelle le pays d'origine du chef Yariv Berreby. On s'assoie à côté de trois vieux hommes qui jouent aux cartes depuis plusieurs heures probablement. Ils ignorent avec insouciance le coup de feu que subit l'équipe du Salatim.

Avant de commander, on scrute la carte sacrément satisfaisante avec beaucoup d'envie. On peut opter pour un assortiment de salatim (12 euros), qui consiste en une grande assiette composée de bons petits trucs : concombre, carotte, fenouil, chou rouge, brocoli, quinoa, caviar d'aubergine ou encore l'immanquable houmous maison.

L'incontournable Schnitzel israélien

Une bonne partie des crudités garnit ensuite les "sandwishim" version baguette (8 euros, imbattable) avec au choix du bœuf confit (Bakar), du poulet rôti (Yeroushalmi), un mélange œuf-aubergine (Sababa), du thon à l'huile (Harry) ou encore en version veggie avocat-sésame (Laly). Bon, il faut le dire tout de suite, la reusta des sandwichs reste le "Schnitzel". Cette version de l’escalope viennoise au blanc de poulet est largement répandue en Israël. Au début du XIXe siècle, les colons autrichiens et allemands ont apporté cette variante en Palestine où elle devint un must au sein des familles israéliennes. 


Un festin abordable 

Le menu "Kosher friendly" propose aussi des plats végans et lactose ou gluten free. On valide aussi les kiffantes keftas de poisson ou à la viande du jour (15 euros). Dans la bouche, les yeux et les oreilles, c'est un aller-retour dans les échoppes à épices israéliennes. Tout est très bien réalisé et sublimé par un "limonana" maison, à la menthe ce jour-là (3,5 euros). Pour finir en beauté, on offre l'un des "kinourim" à son belly. Au choix : le cake choco-noisette (Bakka), un biscuit aux fruits secs et fleur d'oranger (Boulou) ou une crème de coco à la fleur de rose (Malabi) pour seulement 3 euros. 

Salatim
15 rue des Jeûneurs
75002 Paris
Tel. : 01 42 36 30 03