En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le pain complet ne serait pas forcément meilleur pour la santé que le pain blanc

D’après une étude réalisée par une équipe de médecins israéliens, c’est votre flore intestinale qui établit lequel du pain complet ou du pain blanc est le meilleur pour votre santé.

Unsplash

© Liene Vitamente/Unsplash

Vous pourrez peut-être de nouveau manger vos tartines de pain de mie blanc en toute liberté. Alors que l’on nous vante depuis des années les bienfaits du pain complet artisanal pour un mode de vie healthy, il serait en réalité moins sain que le pain blanc pour certaines personnes. D’après la grande majorité des nutritionnistes, le pain complet, riche en fibres, est une grande source de glucides et de sucres lents qui permettent une meilleure réponse glycémique de la part de notre corps. Le pain blanc, lui, contient davantage de sucres rapides. Relayée par Le Point, une étude israélienne démontre cependant que si la moitié des personnes ont une meilleure réponse glycémique au pain complet, l’autre moitié répond mieux au pain blanc.

Une histoire de microbiote intestinal

D’après Le Quotidien du médecin, le test a été réalisé sur 20 personnes. Pendant la première semaine, une moitié du groupe a consommé du pain blanc industriel et l’autre moitié, du pain artisanal au levain. Après deux semaines, les deux équipes ont interverti leur régime. Les médecins ont fait subir une batterie d’analyses à leurs cobayes et les résultats sont plus que surprenants : identiques pour les deux régimes. Selon les chercheurs, ces résultats s’expliqueraient par le fait que la moitié des personnes ont une réponse glycémique plus élevée au pain blanc et l’autre moitié, au pain complet.

En analysant le groupe, les effets s’annulent. Cette réponse glycémique pourrait alors être prédite par notre flore intestinale, le microbiote. Ces résultats nous révèlent alors que les individus réagissent individuellement, donc différemment, aux aliments et qu’il n’existe pas de bons ou de mauvais régimes. Un mode de vie sain relève dès lors davantage de l’écoute de son corps, pour répondre au mieux à ses besoins.