En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La street food pourrait bientôt disparaître des rues de Bangkok

Invoquant des questions d'hygiène, le gouvernement thaïlandais a annoncé l'éviction des échoppes de nourriture de la capitale. Une décision que beaucoup considèrent comme une atteinte à la culture locale. 

Vendeur ambulant à Bangkok (©Cryptochrome)

Vendeur ambulant à Bangkok. (© Cryptochrome)

Ceux qui ont eu l'occasion de voyager en Thaïlande en général et à Bangkok en particulier visualiseront sans doute immédiatement la scène. Les rues de la capitale regorgent de marchands ambulants en tous genres, avec une mention spéciale pour la nourriture vendue à chaque coins de rue pour quelques bahts, soit moins d'un euro. Si la street food doit avoir ses lettres de noblesse quelque part, Bangkok tient certainement le haut du pavé grâce à la variété de ses plats à emporter et préparés en quelques minutes seulement.

Une tradition culinaire qui pourrait donc s'éteindre prochainement. En effet, dans le cadre d'une campagne de propreté, le gouvernement local souhaite interdire tous types de commerces ambulants. "Tous les genres d'étals, vêtements, contrefaçons et nourriture inclus, seront bannis de la ville", a déclaré Walop Suwandee, conseiller du gouverneur de Bangkok dans des propos rapportés au site local The Nation. "Ils ne seront plus autorisés pour des raisons d'hygiène", a-t-il précisé.

Hygiène versus culture

La décision qui devrait être effective d'ici la fin de l'année vise à débarrasser les trottoirs de la ville, parfois envahis de marchands illégaux, et à assainir les rues. En effet, dans les rues de Bangkok comme dans la plupart des villes d'Asie, le pavé sert souvent de poubelle et les déchets issus de la street food – la plupart du temps servie dans des sacs et couverts en plastique ou barquettes en polystyrène – finissent par joncher le sol.

Une décision radicale dans la continuité du plan "propreté" du gouvernement qui a commencé à évincer progressivement les étals des rues de Bangkok l'année dernière en poussant 15 000 vendeurs hors de 39 quartiers de la ville. Si certains concèdent que la ville mérite d'être nettoyée de ses nombreux déchets, la plupart s'accorde à dire que des zones devraient être aménagées aux vendeurs légaux, au lieu de mettre tout le monde dans le même panier de façon si stricte.

"L'administration de Bangkok devrait définir une zone pour les vendeurs ambulants afin qu'ils puissent garder leur travail et préserver le charme de la street food immanent à Bangkok", modère un résident. En effet, loin d'être une attraction réservée aux touristes, la nourriture de rue est une véritable institution en Thaïlande et rythme le quotidien des habitants qui peuvent ainsi se ravitailler rapidement et à moindre coût en nourriture de qualité. Par ailleurs, ce type de décision priverait de nombreux vendeurs légaux de leur activité.

(©bee!/Flickr)

(©bee!/Flickr)

La fin de l'authentique street food à BKK ?

Face au tollé général et à la reprise de l'information dans de nombreux médias internationaux – Bangkok venant paradoxalement d'être élue capitale de la street food par la chaîne CNN –, le gouverneur s'est finalement rétracté dans une déclaration officielle :

"[Votre interprétation] est très loin de la réalité. En fait, c'est l'inverse. Khao San et Yaowarat sont les deux rues centrales du tourisme à Bangkok. Donc l'administration prévoit de les préserver pour les touristes. Nous essayons simplement de mettre en place des régulations plus strictes [relatives à] l'ordre et à la qualité. [...] Ces gens utilisent l'espace public à des fins personnelles. [...] Il est de notre devoir de faire meilleur usage de ces espaces."

Certains observateurs voient donc en cette nouvelle déclaration une façon de cacher la poussière sous le tapis en contentant les touristes déjà agglutinés en masse dans ces quartiers. On peut donc s'inquiéter, si ce n'est de la disparition totale de la street food à Bangkok, d'une réelle perte d'authenticité de ces étals qui pourraient être voués à devenir de simples attractions de routards.

A lire -> Attention à l'overdose arc-en-ciel, un café licorne a ouvert à Bangkok.