En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

En voyage à l’étranger, Donald Trump mange toujours la même chose

Le menu du président américain ne saurait s’adapter.

Donald Trump during Launch of Trump Steaks at The Sharper Image at The Sharper Image in New York City, New York, United States. (Photo by Stephen Lovekin/WireImage for Hill & Knowlton)

© Stephen Lovekin/WireImage for Hill & Knowlton/Getty Images

Pendant neuf jours, Donald Trump est en visite officielle dans plusieurs pays, l’occasion de rencontrer leurs dirigeants et de s'entretenir avec eux. Normalement, un président fait bonne figure, en s’adaptant un peu aux coutumes locales et notamment à la cuisine. Que nenni, le milliardaire est un mangeur si difficile qu’il inquiète ses employés qui doivent à chaque fois réexpliquer ses goûts aux cuisiniers. C’est ce que rapporte le site Grubstreet.

Donald Trump n’aime pas voyager, il n’avait pas spécialement envie de faire un tour express en Arabie Saoudite, en Italie ou en Israël en neuf jours. Le président aime son confort. L’idéal pour lui reste de recevoir les dirigeants du monde dans son domaine de Mar-a-Lago à Palm Beach en Floride. Là-bas, il n’a même pas besoin de passer commande, les équipes savent par cœur ce qu’il souhaite manger. Or les pays qu’il a prévu de visiter ne comptent pas d’hôtels Trump.

Steak bien cuit et ketchup partout dans le monde

Même dans le resto de la Trump Tower, il a un menu spécial. Et quand il reçoit, il a un traitement tout aussi spécial : deux boules de glace au lieu d’une pour les autres invités. Les penchants de Trump pour la junk food, les sodas et les fast-foods ont été décrits (et décriés) en long et en large, mais on ne se doutait pas qu’il n’était prêt à aucune entorse dans ce régime hypercalorique.

Ainsi, à son arrivée à Riyad, en Arabie saoudite, Trump s’est fait servir un steak bien cuit avec du ketchup. Son plat préféré. Bon, on lui a aussi présenté de l’agneau avec du riz, mais on se doute qu’il n’y a pas plongé la fourchette. À l’inverse, le prince Charles s’est fait servir un chameau rôti entier à son arrivée dans le royaume. L’ironie du sort, c’est que le steak était halal, un comble pour ce détracteur de l’islam.

À lire -> Donald Trump, le président fast-food : ce qui va changer pour la bouffe américaine