Brand

Caiaimage/Adam Gault

Comment faire ses courses en restant écolo

On parle souvent des transports ou du chauffage des bâtiments lorsqu’il s’agit d’évoquer les émissions de gaz à effet de serre.

Pourtant, notre assiette aussi sait mettre la pression ! L’empreinte carbone qu’elle laisse n’est pas la même selon le menu préparé. Passons à table…

Y aller mollo sur le bœuf

© BenC

Publicité

Commençons sans détour par le moins écologique : le bœuf ! Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), la viande bovine est l’aliment laissant la plus grande empreinte carbone en France. Cela s’explique facilement : notre cher bœuf a un appétit d’enfer (céréales, foin…) et une colossale consommation en eau (15 000 litres)… Sans compter sa transformation qui a un fort coût énergétique. Pour rendre une assiette à base de viande plus écologique, choisissez une pièce "bien élevée" par un producteur local et bio, si possible. Vous pouvez également remplacer le bœuf par une cuisse de poulet, par exemple. La volaille reste un bon compromis…

Faites-vous du local ?

© Catherine Falls Commercial

Voilà une simple question de bon sens. Un produit qui pousse proche de chez nous et qui est "fabriqué" de manière raisonnée vaut mieux qu’un aliment industriel venu du fin fond de l’Union européenne… Vous voulez un chiffre ? Un kilo de tomates locales (dans un rayon de 200 kilomètres) et de saison a un impact dix fois inférieur à un kilo de tomates d’hiver venues d’un pays comme l’Espagne ou l’Allemagne, par exemple. De plus, un produit local permet d’éviter les effets du transport qui joue un rôle majeur dans l’émission de CO2. Enfin, une assiette locale, cela fait travailler la région dans laquelle on habite et ça, c’est chouette !

Publicité

Il vous reste du bio ?

© Caiaimage/Adam Gault

Là encore, une assiette bio sera vraiment écologique si la grande majorité des produits ne provient pas de l’autre bout du globe ! De plus, la culture de fruits et légumes bio a un impact très positif sur la biodiversité car elle améliore la qualité des sols en évitant les intrants chimiques, le travail intensif du sol et désherbage systématique. On dit 100 fois oui au bio local et de saison !

Je suis végétarien, monsieur !

© Enrique Díaz / 7cero

Publicité

Cela signifie que vous ne mangez ni viande, ni poisson, ni crustacés. Peut-être même que vous êtes végétaliens, un régime qui exclut tous les produits d’origine animale comme les œufs, le lait ou le fromage ! Pas de doute, votre assiette est celle qui émet le moins de CO2 (ou équivalent). Selon une étude réalisée par l’université d’Oxford, un végétalien qui consomme 2 000 calories par jour émet 2,5 fois mois de gaz à effet de serre qu’un grand consommateur de viande (plus de 100 grammes). Une assiette végane comporte souvent des légumineuses (lentilles, pois chiches…) et c’est un excellent point. Elles consomment peu de CO2, d’eau et d’énergie…

 

Pour simplifier la vie des végétariens/végétaliens, Carrefour s’est fixé comme objectif de doubler les produits de sa gamme Carrefour Veggie d’ici l’été 2019. Ces recettes "100 % végétariennes et 200 % gourmandes" excluent également les additifs issus d’animaux et les arômes de viande. Le distributeur ne s’arrête pas là et promet également une multitude de nouveaux produits d’ici 2022 et un cahier des charges plus exigeant, comprenant notamment un maximum d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Moralité : peu importe que vous privilégiez un régime locavore, bio ou végétarien, vous êtes déjà éco-friendly ! C’est en trouvant un bon équilibre entre plaisir raisonné et produits de qualité que vous (vous) ferez du bien.

Publicité

Par Carrefour, publié le 02/11/2018

Copié