Brand

Les produits encore bons à consommer, même périmés

Vous êtes du genre à jeter un produit dès qu’il présente le moindre risque de vous rendre malade ?

Pourtant, la plupart sont souvent encore bons, même si leur date de péremption est dépassée. Car contrairement à ce que vous pensiez, "périmé" ne veut pas dire "pas bon à consommer".

Les dates de péremption figurent sur bon nombre de nos aliments, et nous poussent souvent à jeter ces derniers dès que leur délai est dépassé : aujourd’hui, 20 % du gaspillage alimentaire chez le consommateur provient des dates de péremptions !

Publicité

Or il faut bien faire la différence entre "date limite de consommation" (DLC) et "date de durabilité minimale" (DDM), qu’on a généralement du mal à comprendre. Konbini et Carrefour vous présentent une série de conseils pour savoir si oui ou non, un produit peut être consommé et en finir pour de bon avec votre rigidité face aux étiquettes.

Différencier les dates de péremption

Aujourd’hui, la législation française dispose de deux types de dates : les DLC et les DDM. Celles mentionnant "à consommer de préférence avant" signifient uniquement des changements de goûts, voire de couleurs sur le produit, mais en aucun cas un danger pour votre santé si le délai est passé. C’est le cas pour les produits tels que le café, les gâteaux secs, le lait ou encore les jus de fruits.

Publicité

Concernant ceux avec la mention "à consommer jusqu’au", il faut un peu plus se méfier, car une fois le produit consommé, vous risquez de tomber malade. Cela concerne les aliments comme les charcuteries, les viandes fraîches ou les plats cuisinés réfrigérés.

Par ailleurs, il existe pas mal de produits exemptés de DLC ou de DDM, comme les fruits et légumes frais, les vins, les vinaigres, le sel, le sucre en morceaux, les chewing-gums ou encore les produits de la boulangerie et de la pâtisserie. Et surtout, un produit peut être proposé à la vente avec une DDM dépassée car cela ne constitue pas une infraction. Car comme on l’a dit, ces derniers ne sont pas dangereux pour la santé. Mais alors comment savoir si on peut encore consommer un produit ?

Faire confiance à ses sens

© Getty

Publicité

Et si vous commenciez par miser sur votre odorat et sur votre goût ? Un aliment n’aura peut-être pas fière allure, et pourtant il sera toujours possible de le déguster !

Prenons l’exemple du yaourt, un produit souvent mangeable longtemps après sa date de péremption. Pour lutter contre le gâchis, Carrefour a, par exemple, allongé de 7 à 10 jours la date limite de consommation des yaourts nature de sa marque, sans avoir modifié la recette, ni altéré la qualité ! Si vous avez un doute face à votre yaourt, goûtez-le. S’il est acide, direction la poubelle, de même s’il est moisi ou s’il sent mauvais. Côté crème fraîche, mieux vaut être prudent et la consommer dans les trois jours suivant l’ouverture du pot, et toujours après l’avoir goûtée.

Pour les produits vendus à la coupe, il n’existe pas de DLC. Une tranche de jambon cuit coupée chez le boucher peut ainsi se conserver trois jours à 4 °C. Pour les adeptes de gras, sachez qu’un pot de rillettes une fois ouvert doit être mangé dans les deux jours. Par contre, les saucissons secs restent tout à fait consommables, même s’ils auront un peu moins de goût au-delà de leur DDM (en général fixée à moins de 60 jours).

Publicité

© Getty

D’autres produits sont souvent jetés bien trop tôt. Comme cette tablette de chocolat retrouvée au fond du placard et qui présente une fine couche de blanc (que l’on méprend pour de la moisissure), ou les œufs qui se conservent bien plus longtemps que la date indiquée sur l’emballage. L’astuce pour savoir si ces derniers sont encore bons : plongez-les dans une casserole d’eau. S’ils remontent, il ne faut pas les consommer. En revanche, s’ils restent au fond, c’est parti pour une bonne omelette ! Petit bonus : le miel et le sirop d’érable sont quelques-uns des rares produits qui ne se périment JA-MAIS.

Par ailleurs, de nombreuses initiatives prises par des assos, des applis ou des entreprises nous aident à moins gaspiller. Chez Carrefour, par exemple, certains produits à consommer dans la journée sont mis en promo et présentés dans des espaces dédiés "anti-gaspi", tandis que la gamme "Tous Antigaspi" propose, en partenariat avec des entreprises locales, des produits qui présentent de légers défauts d’apparence mais sont tout aussi bons, le tout à petits prix. De quoi craquer tout en faisant une B.A. pour la planète !

Par Carrefour, publié le 15/11/2018

Copié