© Le Fooding

Aux quatre coins de la France, le Fooding (re)met à l’honneur la cuisine néofjordique

Une poignée de jeunes chef·fe·s français·e·s ouvrent leurs cuisines à la nouvelle génération de chef·fe·s.

© Le Fooding

Après une première édition réussie, Le Fooding remet le couvert. À Lyon, Marseille, Lille et Paris, le guide gastronomique revient avec ses soirées-dîners "Le fisk*, c’est chic" — fisk, c’est le mot poisson en norvégien — lors desquelles quatre jeunes chef·fe·s français·e·s en vue ouvriront leur établissement et leurs cuisines à autant de chef·fe·s d’une nouvelle gastronomie norvégienne unique et renversante, souvent présentée comme une cuisine néofjordique. Une cuisine "hyper-singulière, qui revendique son engagement écologique et s’inspire de savoir-faire cosmopolites", résume Le Fooding.

Publicité

"Si les Vikings, vaillants guerriers venus des terres norvégiennes, ont marqué l’imaginaire du monde de leur empreinte velue et barbare, leurs descendants agissent désormais avec plus de douceur pour réduire leur impact sur l’environnement. Leur credo ? Une cuisine qui favorise la pêche locale et promeut une gestion durable des ressources de la mer."

Lyon, Lille, Marseille et Paris

Au programme : un premier dîner, le 15 janvier, au Mermoz, le repaire parisien de la cheffe Manon Fleury, dont vous allez entendre parler en 2019, qui accueillera Heidi Bjerkan, figure de la gastronomie norvégienne et cheffe au restaurant Credo à Trondheim.
Le plat qui donne envie : le flétan blanc, oignons et pamplemousse, sabayon au beurre d’arêtes.

Le 24 janvier, c’est Florent Poulard, petit prodige de la gastronomie lyonnaise chez Monsieur P, qui ouvrira ses cuisines à son homologue norvégien, Jonas Nåvik du restaurant Fagn à Trondheim.
Le plat qui donne envie : les Saint-Jacques d’Hitra, concombre de mer, oignon et miso.

Publicité

Direction Lille, la semaine suivante, pour un repas au sommet où le couple Diego Delbecq et Camille Pailleau du restaurant Rozo composeront avec Atli Mar Yngvason, chef du restaurant Katla à Oslo.
Le plat qui donne envie : le skrei marbré au charbon, salsifis glacés et crémeux, beurre blanc fumé.

Et pour boucler la boucle, détour par la Mercerie, la nouvelle institution marseillaise d’Harry Cummins, qui recevra le 13 février Christopher Haatuft du restaurant Lysverket à Bergen.
Le plat qui donne envie : le turbot cuit au BBQ, sauce pil-pil, poireaux, chou, huile verte.

Quoi ? Le fisk, c’est chic (voir les menus ici)
Quand ? Du 15 janvier au 13 février
Combien ? 100 euros pour deux personnes
Pour réserver vos places, c’est par ici.

Publicité

 

À lire aussi : On a passé une soirée avec le chef norvégien Christopher Haatuft et sa cuisine "néo-fjordique"

Par Robin Panfili, publié le 15/01/2019

Copié

Pour vous :