(© Jean Imbert via Instagram)

featuredImage

Le chef star Jean Imbert se remémore sa saison de Top Chef dans un post touchant

La pression, les histoires croustillantes et la fête arrosée après la victoire.

Alors que la diffusion du premier épisode de la dixième saison de Top Chef battait son plein, c’est un éclair de nostalgie qui nous est apparu sur Instagram. Jean Imbert, chef surdoué et multicasquette, a partagé sur son compte Instagram une photo, accompagnée d’un texte très touchant qui revient sur ses souvenirs de la saison 3 du programme, en 2012, au terme de laquelle il est sorti vainqueur — notamment grâce à sa désormais célèbre salade de fruit revisitée.

La photo a été prise à L’Acajou, le restaurant parisien de Jean Imbert, quelques heures après avoir tiré le couteau gagnant, en compagnie de Cyril Lignac et de Jean-François Piège. "Cette photo a été prise très tard à l’Acajou le soir où j’ai tiré le couteau et gagné Top Chef. Cyril avait ramené des belles bouteilles, on avait tous mangé sur la table d’hôte avec mes parents, mes amis et les chefs", écrit-il, avant de confier qu’il n’avait jamais regardé la saison à laquelle il a participé.

"Honnêtement je n’ai jamais vu Top Chef, je ne l’avais jamais vu avant de le faire et je n’ai toujours pas regardé ma saison, mais loin de moi l’idée de renier quoique ce soit car c’est un des plus beaux souvenirs de ma vie."

La chambre d’hôtel croulant sous les livres de cuisine

Jean Imbert évoque aussi les petites histoires sur le tournage, la tension de la compétition et sa complicité avec Norbert Tarayre, l’autre finaliste de cette édition. "Cette aprèm, je suis resté longtemps au tel avec Norbert et on s’est rappelé tout cela… Les histoires croustillantes entre candidats… Les histoires encore plus croustillantes entre candidats et membre de la prod… De toutes ces choses inracontables au milieu de trois mois de vie commune dans un concours qui à l’époque était à couteau tiré et où chaque jour tu peux perdre et rentrer chez toi."

Il parle aussi de sa chambre d’hôtel, devenue inaccessible à cause des multiples livres de recettes étalés sur le sol, ses calculs pour anticiper et prédire les épreuves qui pourraient tomber… "Je ne pouvais même plus marcher dans ma chambre d’hôtel, il y avait des livres de cuisine ouverts partout par terre, sur les murs des ardoises où j’écrivais toute la nuit des recettes. Le matin je faisais des probas de l’épreuve qu’on pourrait potentiellement avoir dans l’aprèm en fonction de ce qu’on avait déjà eu, etc."

"Bref, je me souviens de chaque coulisse, de chaque tension, de cette salade de fruits… et du moment où quand j’ai gagné, j’ai eu mes parents dans les yeux et qu’ils pleuraient car je l’avais fait."

Par Club Sandwich, publié le 07/02/2019