On est parti faire les vendanges chez les frères Mosse, princes de la vigne

Jeunes, ambitieux, parfois vicieux. Une virée chez les vignerons que tout le monde va s'arracher.

Au début du mois de septembre, alors que la rédaction s’arrachait les cheveux pour dégoter le domaine viticole parfait afin d’y passer les vendanges, tout notre répertoire semblait s’être donné le mot : "Bah allez chez les Mosse ! Ils sont géniaux, vous verrez." On a alors fait nos bagages, réservé une voiture de location et on est partis voir ce que cette famille avait de si particulier.

Au cœur d’une terre d’Anjou longtemps réduite à sa réputation de vins peu recommandables, quelques familles et domaines font figure d’exception. Les Mosse en font partie. D’abord les parents, René et Agnès, installés dans le coin depuis 1999, et désormais les frangins, Sylvestre et Joseph, à peine trente ans chacun. Une relève qui semble aujourd’hui tout à fait naturelle, mais qui n’avait rien d’une évidence il y a encore quelques années.

Publicité

Deux frères : Joseph à gauche et Sylvestre à droite. (© Sylvestre Mosse via Instagram)

Partir pour mieux revenir

"Avant mes 18 ans, je ne m’étais jamais vraiment imaginé reprendre l’affaire familiale, reconnaît Sylvestre, le plus jeune de la fratrie. Je voyais mes parents en chier, rentrer fatigués tous les soirs, travailler dans la boue, sous la pluie. Ça ne me branchait pas du tout." Et pourtant, après un parcours scolaire écourté après un bac littéraire, l’appel du vin a fini par lui tomber dessus, comme une évidence.

"Je n’avais pas encore compris le plaisir de la table, les différentes complexités des vins – partout en France et dans le monde –, les grands repas et les soûleries avec les amis vignerons. C’est là que j’ai compris que tous ces efforts sont récompensés par énormément de chaleur et de plaisir."

Publicité

Après une dizaine d’années à tenir le domaine à bout de bras, le paternel connaît des blessures qui précipiteront l'inévitable retour des frangins sur le domaine. "Dès 2011, on savait que l’on reviendrait s’installer un jour. C’était le cours naturel des choses et quelque chose dont on avait envie tous les deux", expliquent-ils.

En attendant, le grand frère Joseph fera ses armes dans la sommellerie et Sylvestre, lui, jonglera entre un apprentissage en Bourgogne, des expériences dans la restauration (de Londres à la table étoilée du Chateaubriand) et une virée au Cap (Afrique du Sud) chez l’un des maîtres de la vinification, Craig Hawkins.

© Club Sandwich

Publicité

Moussamoussettes, Bangarang, Magic of Juju…

L’un dans les vignes, l’autre dans les cuves. Lors de notre visite, la complémentarité entre les deux frangins nous a sautée aux yeux. Leur complicité, aussi. "On est proches depuis toujours. On aime les mêmes vins, on a les mêmes idées, on est très complémentaire sur les boulots de la vigne, liste Sylvestre. On y arrive très bien car on est une famille soudée. On s’aime fort. Papa donne toujours plein de bons conseils sur la vigne et le vin. Et maman, c’est clairement elle qui tient la baraque. Sans elle, on est perdus."

© Club Sandwich

Pour les vendanges de cette année, ils sont une quinzaine de coupeurs à s’être donné rendez-vous sur les terres des Mosse. Des jeunes et des moins jeunes, des bavards et des plus discrets, des gens du coin et d’autres venus de Belgique ou même des États-Unis… Une "belle équipe", résume Agnès, la maman. Même si, à ce stade de la récolte, le bilan n’est "pas lourd". "On fait trois fois moins que l’année passée", regrette Sylvestre. Mais il ne désespère pas.

Publicité

"Les raisins qu’on a rentrés étaient magnifiques, les jus sont très bons et les fermentations se passent bien, donc on reste satisfaits. Mais si on en avait eu plus, ça aurait été cool."

© Club Sandwich

Obstacles climatiques

Pour remédier à ces aléas récurrents, les Mosse ont mis en place une ingénieuse structure de négoce depuis 2006 : "On achète du raisin et du moût qu’on vinifie chez nous. Ça nous aide bien à survivre, ça nous permet de remplir la cave et de faire des vinifications plus marrantes, avec des cépages qu’on n’a pas chez nous." De ces jolies pirouettes sont nés des jus salués et très demandés : le Moussamoussettes, le Nostromo, le Bangarang ou le Magic of Juju… Entre le négoce et leurs propres récoltes, ils espèrent pouvoir sortir 100 000 bouteilles au total cette année.

Un chiffre tout sauf anodin, mais qui cache toutefois des obstacles climatiques de plus en plus difficiles à surmonter, autant pour eux, en Anjou, que pour une grande partie des vignerons français. "Ça fait trois fois en quatre ans que nos récoltes sont décimées à cause du gel de printemps, explique Sylvestre. Le problème, c’est qu’on a plus d’hiver. Pendant cette période, la vigne est censée être en dormance. Mais, cette année, au mois de février, il faisait déjà 20 degrés, donc la vigne a recommencé à pousser prématurément." Il ajoute :

"Les bourgeons sortent, et ils sont très fragiles. Et là, le 4 avril, tôt le matin il a fait -4°, on a perdu 60 % de la récolte. En deux heures. Ce n’est pas anormal qu’il gèle début avril, ce qui est anormal c’est qu’il fasse 20° en février."

© Club Sandwich

"PNL de la vigne"

Dans le – pas si – petit milieu de la vigne et du vin bio et nature, les deux frères ont, avec le temps, hérité du surnom des "PNL de la vigne". D’abord en référence à leur philosophie et à leur approche très personnelle de ce savoir-faire, mais aussi à leur faible pour des centres d’intérêt pas forcément évidents dans le monde viticole.

Un sobriquet qui les fait sourire, quand bien même serait-il quelque peu exagéré. "Le fait que je t’accorde une interview, ça ne fait pas trop PNL, non ?, sourit Sylvestre. On adore leur musique, leur parcours, ils ont changé le game pour toujours. Mais bon, soyons honnêtes, je ne pense pas qu’on ait autant d’influence", finit-il.

"C’est notre côté nonchalant et désinvolte, mais on travaille comme des fous, faut pas croire. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas une grosse bedaine et une grosse moustache… On est sur Instagram [ et , ndlr], on met des baskets et des sweats à capuche. On écoute du rap. On aime la street-food. On est des jeunes quoi, une nouvelle génération de vignerons."

En parlant de street-food, Sylvestre garde dans un coin de sa tête l’idée d’ouvrir, un jour, quand l’occasion se présentera, une sandwicherie à Angers, à une trentaine de minutes du domaine. "Je suis un gros fan de sandwiches", reconnaît-il. Mais de là à changer totalement de trajectoire professionnelle…

"Faire autre chose ? Non, vraiment pas. Le métier de vigneron est tellement complet qu’on ne s’ennuie jamais. Tu es à la fois agriculteur, vinificateur, commercial, comptable, voyageur, buveur… Les aléas climatiques nous mettent des bâtons dans les roues mais faire du vin, c’est quand même méga stylé."

© Club Sandwich

Le juste retour des choses

Au fond, si on leur accorde cette comparaison volontairement caricaturale avec la fratrie des Tarterêts, c’est parce qu'en bousculant les règles établies, ils participent aujourd'hui pleinement, à leur façon, à la petite insurrection vinicole qui vient. "La consommation du vin change, ça se démocratise, ça se rajeunit tout simplement parce que depuis 15-20 ans il y a un tas de jeunes vignerons qui s’installent et qui veulent produire des vins digestes, festifs…"

Mais dans cette belle histoire de transmission et de passage de témoin, l’ombre des parents n’est jamais bien loin. Sur les bouteilles, où le nom des parents trône toujours comme un gage de qualité et d’identité, mais aussi dans leur discours et leur manière de mettre en avant leur dur labeur. Un "juste retour des choses"finalement.

"Ils ont galéré longtemps pour vendre leur vin et se faire connaître. Aujourd’hui c’est 'facile' pour nous, nos parents ont fait tout le sale boulot, et ils nous laissent un outil de travail bien huilé. Nous, on a 'juste' à faire du bon vin."

Après tout, il fallait oser. Oser se lancer dans la production d’un vin bio, dès la fin des années 1990, dans une région longtemps snobée et réputée pour "ses rosés moelleux et vins liquoreux qui font mal à la tête". "C’était une prise de risque énorme dans le sens où quasiment personne ne connaissait cette région. Il y avait Mark Angeli et Richard Leroy… Et c’est tout. Venir faire des blancs secs et des rouges rustiques ici, c’était couillu."

© Club Sandwich

Belles tables parisiennes

Aujourd’hui, les quilles des Mosse sont proposées dans de très belles tables parisiennes, de Septime à Double dragon en passant par le Chateaubriand et le Baratin. "Ça fait plaisir. En ce moment, la cuisine marche bien avec nos vins parce qu’elle leur ressemble." Mais comment expliquer une telle unanimité auprès de la jeune scène gastronomique parisienne ? "Je ne sais pas trop, ce sont des fêtards comme nous. Et comme ce sont des vins qui ne font pas mal à la tête ni ne brûlent l’estomac, ils sont tombés dedans et nous dans leurs assiettes."

© Club Sandwich

Pour autant, les Mosse continuent d’exporter la plus grande partie de leur production, à hauteur de 70 %, essentiellement aux États-Unis, au Japon, au Danemark, aux Pays-Bas ou en Nouvelle-Zélande… La faute à un public français "un peu radin" et peut-être pas encore "tout à fait ouvert" à la chose. Mais en attendant que les mentalités évoluent, les frangins continuent de mener leur barque dans leur Anjou d'adoption. Dans les barriques, les nouveaux jus attendent leur tour.

"On a acheté des cépages blancs dans la région de Gaillac : du Loin de l’œil et de la muscadelle. C’est trop tôt pour prédire quoi que ce soit, mais ce n’est pas mauvais du tout. Et puis j’ai acheté du jus de raisin à mon pote Christoph Heiss qui est vigneron en Autriche, au nord de Vienne. Donc il y aura un Grüner Veltliner vinifié par les Mosse, confie Sylvestre. Ça fermentouille tranquillement en barriques, là."

Pour suivre leurs aventures, suivez-les sur Instagram ici et ici. Promis, vous ne le regretterez pas.

Par Robin Panfili, publié le 18/10/2019

Copié

Pour vous :