Pulp Fiction (© Jersey Films / A Band Apart)

featuredImage

Penser à votre café vous aiderait déjà à vous concentrer

Le cerveau n'a pas fini de nous étonner.

Dans l’imaginaire collectif, le café et le thé sont deux boissons excitantes qui contiennent de la caféine et sans qui nombreux sont ceux qui ne parviendraient pas à mettre le pied dehors au petit matin pour affronter la journée.

Une équipe de recherche s’est penchée sur les effets de ces breuvages non pas lorsque l’on en boit mais lorsqu’on est seulement confronté à des images ou des stimuli qui leur sont liés. Les résultats viennent de paraître et ils sont assez troublants.

L’excitation varie selon les cultures

Dans cette étude publiée dans la revue Consciousness and Cognition en avril 2019, le spécialiste en marketing, Eugene Chan, et le professeur associé en psychologie de l’Université de Toronto, Sam Maglio, montrent dans un premier temps que l’endroit où l’on vit influe sur nos représentations du café et du thé.

Plus on évolue dans une société dans laquelle le café est associé à l’excitation et à la productivité comme c’est le cas dans les pays occidentaux, plus on lui attribue ces propriétés et plus il agit sur notre comportement sans même qu’on ait besoin de l’ingérer. A contrario, dans les pays où c’est le thé qui domine comme en Corée, en Chine ou au Japon, les effets sont moindres.

© Getty Images

Comme le rapporte Quartz en reprenant l’étude, en Occident, se promener dans un café ou être confronté à des publicités de café influerait concrètement sur notre excitation et notre réveil car notre cerveau serait habitué à lier les deux de manière automatique.

"En résumé, nous émettons l’hypothèse que le simple fait d’être exposé à des signaux liés au café pourrait augmenter l’excitation, par rapport à l’exposition à des signaux liés au thé. […] Nos résultats suggèrent que l’excitation liée à la consommation de café (et potentiellement d’autres boissons contenant de la caféine) pourrait résulter non pas de processus physiologiques, mais également de processus psychologiques", relate Eugene Chan.

Une modification de l’attention

Ce n’est pas tout, en plus de nous tenir éveillés, être exposés à la vue d’images de café ou sentir son odeur pourrait créer une modification de notre comportement en nous permettant de nous concentrer plus facilement sur des tâches concrètes.

"Il nous faut mieux comprendre les 'significations' et les 'croyances' que nous attribuons aux aliments et aux boissons car ce dont nous nourrissons notre esprit a beaucoup à voir avec ce qui nous nourrit en retour", explique Eugene Chan.

Ce pouvoir de l’esprit modifierait nos schémas de pensée pour accroître notre concentration. Cette étude – qui demande d’être approfondie pour y intégrer des nuances entre les innombrables variétés de café et de thé – permet de se rendre compte que l’imaginaire associé à des produits alimentaires joue un rôle clé dans notre comportement et que notre système cognitif dépend aussi de notre environnement.

Par Claire Verriele, publié le 23/05/2019