Peut-on manger sans risque un bout de pain tombé par terre moins de 5 secondes ?

La vérité sur cette légende urbaine.

Dans le troisième épisode de la saison 8 du Meilleur Pâtissier, le candidat François fait tomber la moitié de son gâteau de crêpes à même le sol, avant de le replacer sereinement dans l'assiette. Quelques minutes plus tard, Cyril Lignac et Mercotte coupent et dégustent le fameux gâteau. Alors, la règle des 5 secondes, ça le fait ou pas ? *

La légende urbaine dit que si le morceau touche le sol moins de 5 secondes, il est encore propre à la consommation. Le professeur Paul Dawson de l’université de Clemson a voulu en avoir le cœur net.

Publicité

Dans une étude réalisée dans son laboratoire et publiée en 2007, Paul Dawson et son équipe ont contaminés différentes surfaces avec différentes bactéries afin de mesurer leur vitesse de propagation dans différents environnements. En plaçant ensuite des morceaux de pain sur ces mêmes surfaces pendants 5, 30 et 60 secondes, ils ont pu mesurer la vitesse de prolifération des bactéries dans la nourriture.

"La recherche, et le bon sens, nous prouvent surtout qu’il faut essayer de garder ses mains, ses ustensiles et son plan de travail le plus propre possible"

Conclusion de l’étude, ce n’est pas tellement le temps de contact entre le morceau de pain et la surface contaminée qui compte, mais plutôt le degré de contamination de la surface, un résultat finalement assez logique. De même, les bactéries semblent se transférer plus vite sur une surface plane comme un parquet que sur un tapis ou une moquette ou votre casse-croute sera moins enclin à l’abordage de bactéries gourmandes.

Publicité

Au bout du compte, si 0,1% des bactéries embarquées dans votre morceau de pain suffisent à vous rendre malade, il semblerait que nous soyons prêt à faire le pari que tout se passera bien ; nous serions 87% à tenter le grand frisson de remettre ce morceau de pain dans notre assiette selon une étude réalisée par l’université d’Aston.

* (édité le 26 septembre 2019)

Par Pharrell Arot, publié le 01/07/2016

Copié

Pour vous :