© Baba au Run via Instagralm

À la rencontre du joggeur qui livre des pâtisseries en courant à travers tout Paris

Babas au rhum, éclairs au chocolat... Rassurez-vous, les gâteaux arrivent intacts.

À 24 ans, Jean-Baptiste a de l’énergie à revendre, alors, depuis le mois de mars, il s’est lancé dans une aventure d’un nouveau genre : la livraison de pâtisseries… en courant.

Sur son temps libre, les week-ends ou entre midi et deux, ce business developer en freelance sillonne Paris les mains remplies de babas au rhum et autres éclairs au chocolat. Trajets mouvementés, anecdotes et quête du meilleur baba… On a discuté avec votre prochain livreur préféré.

Publicité

© Club Sandwich

Club Sandwich | À quel moment tu t’es mis en tête de livrer des babas au rhum en courant dans tout Paris ?

Jean-Baptiste | Tout a commencé lors d’un déjeuner avec ma sœur, Hortense. Elle m’avait préparé un super repas, mais je me suis mis à penser au jeu de mots Baba au Run [en référence à baba au rhum, vous l’aurez compris]. Je ne lui ai pas parlé du repas, j’ai pris mon ordi, j’ai monté le site sur WIX en une heure. Je me suis dit que ça valait le coup de tenter cette aventure. D’abord parce que j’adore courir, ensuite parce que j’ai toujours voulu monter une boîte dans l’hôtellerie restauration.

Publicité

Tu as mis du temps à te lancer ?

Le soir même, je livrais mes deux premiers babas via ma page Facebook et Instagram. C’était en mars, il y a un mois. Ce sont deux de mes amis, Paul et Louis, qui ont dégusté les premiers babas. Merci les gars.

"J’ai livré 82 babas jusqu’à présent. Pour cela, j’ai couru près de 184 kilomètres."

Publicité

© Club Sandwich

Concrètement, comment tu t’organises ?

Le principe est très simple pour le moment : je publie sur les réseaux sociaux en début de semaine mes créneaux de livraison – 3 par semaine pour le moment. Les clients m’écrivent sur Facebook, sur Instagram ou sur mon portable [N.D.L.R. : notez bien, c’est le 06.40.60.72.03] pour me donner l’heure et le lieu souhaités. Je m’arrange ensuite pour organiser ma tournée et honorer toutes les commandes.

Publicité

"Le bras humain possède un stabilisateur intégré. Ça permet d’amortir tous les chocs et donc de préserver le baba qui arrive toujours dans un parfait état."

Combien de clients as-tu livrés jusqu’ici ?

J’ai livré 82 babas jusqu’à présent. Pour cela, j’ai couru près de 184 kilomètres.

Et quel est le profil de ces joyeux gloutons ?

Je livre tout le monde : du beau-père fan absolu de baba au rhum au groupe de copines justes curieuses de voir arriver un livreur en courant, jusqu’au businessman pressé qui n’a pas le temps de se déplacer jusqu’à sa pâtisserie préférée.

© Club Sandwich

Il y a une question qu’on s’est longuement posée : n’est-il pas trop compliqué de garder les babas intacts tout en courant ? Comment fais-tu pour qu’ils n’arrivent pas à destination défigurés par le voyage ?

J’avoue qu’en lançant Baba au Run, la logistique était ma plus grande interrogation, d’autant que le Baba est une pâtisserie très fragile. À ma grande surprise, je me suis rendu compte que le corps humain et plus particulièrement le bras possède un stabilisateur intégré.

Cette technologie naturelle permet au bras d’amortir tous les chocs et donc de préserver le baba qui arrive toujours dans un parfait état. Je suis d’ailleurs convaincu que la course à pied est le meilleur moyen de livrer des pâtisseries, car les vélos, scooters et trottinettes n’amortissent rien du tout.

"À force de déguster d’excellents babas, j’y ai pris goût et j’adore ça maintenant. J’en goûte encore régulièrement pour m’assurer de maintenir la qualité."

J’imagine que ce mode de livraison donne lieu à des anecdotes…

Pour le moment, je n’ai pas fixé de prix pour mes babas, je laisse le client payer ce qu’il souhaite en fonction de l’expérience qu’il vit. J’ai eu un peu peur lors de ma première livraison de m’être lancé dans un projet qui ne serait jamais rentable car le client dont je tairai le nom, un ami, a jugé bon de m’offrir une bière en échange du baba.

J’avais donc payé pour lui livrer un baba et en plus j’ai dû poursuivre mes livraisons avec une bière dans le ventre. C’était quand même bon esprit. Et ne vous inquiétez pas, Baba au Run a depuis trouvé la voie de la rentabilité.

© Club Sandwich

Parlons peu, parlons bien. Tu te fournis où en babas au rhum ?

J’ai testé les meilleurs babas de Paris et j’ai très rapidement choisi de travailler avec ceux de Sébastien Gaudard car ils sont excellents, très jolis et surtout, ils sont adaptés à la livraison : compacts, servis dans un petit pot et une chantilly maison dense et savoureuse. Mais je suis évidemment très ouvert à des partenariats avec d’autres excellents pâtissiers parisiens.

Et les équipes sont au courant de ton projet ?

Au départ l’équipe de la pâtisserie était très étonnée de voir débarquer un livreur en short de course mais, de fil en aiguille, nous avons fait connaissance. Je crois qu’ils commencent à être fans du projet et c’est toujours avec plaisir que je passe leur acheter des babas.

"Je vais très bientôt élargir la gamme de pâtisseries livrées. On parle notamment de Buzz l’Éclair et de Macarun."

Et tu arrives à te retenir de manger les babas que tu trimballes quand t’as un creux sur la route ?

Je dois avouer que je n’ai jamais été un grand fan de dessert et encore moins de pâtisseries. J’avais dû manger un baba dans ma vie avant Baba au Run. À force d’en déguster d’excellents, j’y ai pris goût et j’adore ça maintenant. J’en goûte encore régulièrement pour m’assurer de maintenir la qualité.

Que prévois-tu pour la suite ?

Afin de régaler toujours plus de gloutons, je vais très bientôt élargir la gamme de pâtisseries livrées : des Buzz l’Éclair (éclairs au chocolat) depuis le 8 mai, et des Macarun (macarons) plus tard.

Je n’exclus pas non plus la sortie d’une appli pour faciliter les opérations. Je vais surtout avoir besoin de nouveaux Baba Runners pour me prêter main-forte et satisfaire de plus en plus de Baba Lovers.

 

Pour ne rien rater de ses aventures, suivez-le sur Instagram

Par Robin Panfili, publié le 09/05/2019

Copié

Pour vous :