© Flicker/Ksayer1

À bas les prédictions niaises, place à l'humour cru des "misfortune cookies"

Rien de tel qu'une bonne dose de cynisme pour vous aider à bien digérer votre repas.

© Flicker/Ksayer1

© Flicker/Ksayer1

Les fameux "fortune cookies" des restos chinois sont un peu comme les horoscopes. Beaucoup les consultent, certains y croient, mais au fond, personne ne saurait dire combien de fois leurs prédictions se sont révélées exactes. Parfois ils font sourire, mais si c'est vraiment leur vocation, pourquoi ne pas simplement privilégier un humour plus direct, si ce n'est plus cru ? C'est ce qu'a voulu expérimenter la société allemande Pechkeks avec ses "misfortune cookies".

Publicité

"La vie est une symphonie, et toi tu joues du kazoo"

Publicité

Les "misfortune cookies" sont en quelque sorte la version démoniaque du biscuit chinois traditionnel, celle qui viendrait nous souffler des insanités dans l'oreille. Ils sont noirs – comme le chat qui recouvre leur boîte – et dispensent mille et un messages empreints de cynisme et de sarcasme. "La vie est une symphonie, et toi tu joues du kazoo", "Au moins j'ai confiance en toi. Moi, un bout de papier", "Est-ce qu'on pourrait donner à cet idiot un menu et des crayons pour qu'il puisse faire du coloriage, s'il vous plaît ?", sont autant de douces paroles que l'on pourra lire après avoir dégusté le gâteau.

S'ils arrivent seulement maintenant sur le sol américain, les "misfortune cookies" sont vendus depuis 2013 dans certains pays d'Europe ainsi qu'en Australie, rappelle Food and Wine. Andreas Pohl, le PDG de la société allemande, évoque une volonté de les distribuer uniquement auprès des "boutiques cool" et des "meilleures chaînes". Mais on peut toujours s'en procurer une boîte de treize pour 13 euros sur le site officiel de Pechkeks si on veut absolument être cool. Eh oui, le sarcasme a un prix.

© Twitter/@ichliebebillah

© Twitter/@ichliebebillah

Publicité

À lire aussi : Donald Lau, profession : auteur des messages dans vos "fortune cookies"

Par Lenny Sorbé, publié le 22/02/2017

Copié

Pour vous :