Comment le Japon s'est imposé comme l'autre pays de la pizza

À Tokyo et ailleurs, c'est toute une génération de chefs qui se met à l'heure napolitaine.

Un jour, une ancienne rédactrice en chef m’avait fait la confidence suivante : c’est au Japon qu’elle a goûté à la meilleure pizza de sa vie. Pas en Italie, pas à Naples, mais bien au Japon. À première vue, cette affirmation pourrait faire sourire, et pourtant, elle n’a rien de saugrenu. Le Japon, depuis plusieurs années voire décennies, s’est imposé comme un nouvel acteur incontournable du monde de la pizza.

Aujourd’hui, on compte pas moins de 6 000 restaurants italiens à Tokyo. C’est énorme, et ce n’est pas près de s’arrêter. La ville peut même compter sur certains des meilleurs pizzaiolos du monde. Dans un admirable article publié sur Medium, le journaliste gastronomique de renom Matt Goulding raconte ses pérégrinations dans un Japon qui semble être parvenu à absorber l’essence de la culture de la pizza pour en extraire le meilleur.

Publicité

"J’ai mangé d’excellentes pizzas dans tout le Japon – sur un banc à côté d’un temple à Kyoto, dans une trattoria animée à Hiroshima, dans une cabane perdue dans les bois dans les montagnes d’Hokkaido. Ce qu’elles avaient en commun, au-delà de leur saveur naturelle, était leur puissante inspiration napolitaine : des pizzas cuites au feu de bois, gonflées, légèrement cloquées et cuites rapidement, garnies de tomates San Marzano et de mozzarella importée."

Pour lire l’article complet, c’est par ici

Par Robin Panfili, publié le 14/10/2019

Copié

Pour vous :