Vous ne devriez (vraiment) pas prendre de décisions lorsque vous avez l'estomac vide

Vous êtes prévenus.

La prochaine fois que vous serez confrontés à un dilemme ou à un choix cornélien, soufflez un grand coup et assurez-vous d’avoir avalé quelque chose avant. C’est la conclusion d’une récente étude menée par une équipe de chercheurs de l’université de Dundee (Royaume-Uni) et publiée dans la revue scientifique Psychonomic Bulletin & Review. 

Cette dernière révèle – bien que l’on s’en doutât un peu – que le sentiment de faim modifie considérablement notre processus décisionnel. Avec un estomac vide, nous serions ainsi plus prompts à nous contenter d’une "petite récompense à court terme" que d’une rétribution plus importante dont nous pourrions bénéficier à plus long terme. 

Publicité

Une donnée importante et un trait psychologique dont nous devrions toujours avoir conscience, estime Benjamin Vincent, professeur en psychologie et co-auteur de l’étude. "Les gens savent bien en général que lorsqu’ils ont faim, ils devraient éviter d’aller faire leurs courses. Car ils sont plus susceptibles de faire des choix déraisonnables."

Manger avant de trancher

La méthodologie de l’étude s’est appuyée, dans un premier temps, sur l’alimentation. Cinquante participants ont été interrogés le ventre vide, puis une seconde fois l’estomac rempli, à propos d’une récompense hypothétique. Les chercheurs ont constaté qu’en temps normal, les participants étaient prêts à attendre 35 jours avant d’obtenir leur récompense doublée… contre 3 jours seulement pour les personnes qui avaient faim.

Au-delà des questions d'alimentation, Benjamin Vincent préconise d'être prudent dans d'autres cas de figure : 

Publicité

"Supposons que vous parlez à un conseiller bancaire ou un spécialiste en régimes de retraite : aller le voir en ayant faim pourrait vous rendre plus sensible à une gratification immédiate aux dépens d’un avenir potentiellement plus favorable."

C'est la vraie avancée de cette étude britannique : avoir pu démontrer que le processus décisionnel n’est pas seulement altéré lorsqu’il est question de nourriture. En effet, il concerne également des prises de position sur la vie quotidienne, les relations sociales et personnelles ou encore les questions financières. 

Par Club Sandwich, publié le 27/09/2019

Copié

Pour vous :