© Getty Images

"Pas de tomate bio en hiver" : une pétition pour interdire les serres chauffées

Vous avez jusqu'au 11 juillet pour la signer.

Face à la croissance de l’agriculture biologique en France, les normes et règles du secteur pourraient évoluer, et cela concerne notamment l’utilisation des serres chauffées. Une technique qui permet de produire des légumes et des fruits en dehors de leur saison naturelle, déjà très présente dans l’agriculture conventionnelle, mais qui pourrait aussi se généraliser dans le bio.

Face à cette hypothèse, la Fédération nationale d’agriculture biologique, la Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace et le Réseau Action-climat ont lancé, le 29 mai dernier, une pétition pour attirer l’attention du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume.

Publicité

Pourquoi a-t-elle été lancée ?

Publicité

En France, il est actuellement possible de faire pousser des tomates, des fraises ou des concombres bio sous serre, mais cela ne représente que 0,2 % de la production, selon Le Figaro. Et surtout, ce n’est pas conforme aux règlements en vigueur.

Selon la Fédération nationale d’agriculture biologique, ces cultures ne devraient pas être autorisées puisqu’elles sont contraires au cahier des charges, sur lequel il est bel et bien mentionné que le bio impose un "respect des cycles naturels" et une "utilisation responsable de l’énergie". Deux principes à l'encontre desquels va l'usage des serres chauffées.

Publicité

D’après les conclusions d’une étude de l’ADEME, une tomate produite en France sous serre chauffée est responsable de huit fois plus d’émissions de gaz à effet de serre qu’une tomate produite en France en saison – du fait du chauffage des serres au fioul –, et de quatre fois plus d’émissions de gaz à effet de serre qu’une tomate espagnole importée, produite sous serre mais non chauffée.

Un enjeu de taille

Face au développement massif du bio, la fédération craint que le recours à ces méthodes se multiplie, d’autant qu’elles sont déjà soutenues par les géants de l’industrie de la tomate ainsi que par la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Leur argument ? Les serres chauffées permettraient de limiter les importations.

Selon les défenseurs de la pétition, le nœud du problème est aussi symbolique. En se soumettant aux normes induites par l’industrialisation, c’est toute la philosophie du biologique qui se verra trahie, pervertie et abandonnera son but premier qui est de valoriser les bons produits de saison.

Publicité

La pétition a déjà récolté plus de 18 000 signatures dont celles de nombreux chefs comme François Pasteau ou Sylvain Guillemot. Ses créateurs espèrent obtenir le million de signataires pour peser dans la décision finale sur l’utilisation des serres chauffées. Elle devrait être rendue lors du Comité national de l’agriculture biologique, le 11 juillet prochain.

Pour signer la pétition c’est par ici.

Par Claire Verriele, publié le 04/06/2019

Copié

Pour vous :