Il faudra dépenser 15 000 dollars pour s'inviter à la table du nouveau resto de Disneyland

Walt et Lilian Disney vous donnent rendez-vous dans leur luxueuse résidence privée, pour un dîner particulièrement onéreux.

Publicité

“Je sors de table et la bouffe m'a coûté ton salaire”, se vantaient les rappeurs Sch et Lacrim sur un morceau sorti courant 2015. Quand on les entend dire ce genre de choses, on imagine tout de suite les tables des plus fins gastronomes, les établissements luxueux où l'on sert des truffes, du homard, des variétés de bœuf hors de prix, voire même de l'or, qui sait. Mais à ce prix-là on peut aussi réserver une table... à Disneyland.

En Californie, le parc d'attractions propose en effet une nouvelle expérience dînatoire dont le coût s'élève à 15 000 $ (environ 14 000 euros) pour douze personnes, soit la somme rondelette de 1 250 $ par couvert (environ 1 157 euros). Oubliez donc la belle voiture pour laquelle vous économisiez depuis plusieurs mois, et préparez-vous pour un long régime de riz sec et de pâtes au sel.

Publicité

Le mystère plane autour du menu

C'est au 21 Royal qu'auront lieu ces onéreuses réceptions. D'après Eater, cet espace à l'inspiration baroque faisait autrefois office de résidence privée au couple Disney quand il séjournait à l'intérieur du parc. Pour un peu plus d'un smic, les clients seront accueillis par un cocktail dans la cour intérieure de l'établissement, avant de s'installer à table pour un repas en sept services. Ils pourront ensuite s'offrir un café ou un dessert sur le balcon, où ils seront au premier rang pour le feu d'artifices de Disneyland.

Un majordome, un sommelier et plusieurs serveurs sont également présents pour guider les invités tout au long de cette riche expérience. Quant au menu, concocté sur mesure par le chef Justin Monson, impossible de savoir à l'avance de quoi il est fait. Le site Internet du 21 Royal précise seulement que chaque plat “racontera une histoire unique qui vous est propre”. Ça fait tout de même cher le voyage dans l'inconnu.

Par Lenny Sorbé, publié le 02/02/2017

Copié

Pour vous :