À Munich, la seconde jeunesse des "gâteaux de grands-mères" traditionnels

La ville bavaroise est le berceau d’une initiative visant à combattre la solitude des personnes âgées et perpétuer l’une des grandes traditions culinaires allemandes.

Oma Anni, l’une des pâtissières à l’œuvre. (© Kuchentratsch via Instagram)

Quand on pense au petit rituel du goûter, la tradition du thé anglais nous vient facilement en tête. Et pourtant, le fait de couper l’après-midi autour d’un gâteau et d’une boisson chaude reste une habitude que l’on retrouve dans bien d’autres pays européens. En Allemagne, par exemple, le Kaffee und Kuchen (café et gâteau) est un rendez-vous qui se perpétue depuis le XVIIe siècle. Un moment convivial, partagé en famille ou entre amis, autour d’une part de gâteau et d’une tasse de café.

Publicité

Bien qu’ancré solidement dans la culture gastronomique du pays, ce rituel n’est toutefois plus aussi répandu qu’autrefois dans la société allemande. Le plus souvent, il a lieu le dimanche, jour durant lequel les gens sont en repos et que les cafés, bistrots et pâtisseries ont fermé leurs portes. L’une des villes où ce patrimoine culinaire est le plus riche aujourd’hui, c’est très certainement Munich, écrit la BBC.

Et pour cause, depuis quatre années, la start-up Kuchentratsch y fournit régulièrement les cafés et bistrots locaux en versunkener Apfelkuchen (gâteau à la pomme), Mohnkuchen (gâteau aux graines de pavot) ou encore en Russischer Zupfkuchen (douceur entre le gâteau au chocolat et le cheesecake).

Un crumble à l’abricot. (© Kuchentratsch via Instagram)

Publicité

Briser la solitude

À l’origine de ces gâteaux ? Des cuisiniers et des cuisinières à la retraite, plus ou moins isolé·e·s socialement, qui, en plus de mettre en valeur leur expertise en cuisine, peuvent profiter d’un revenu supplémentaire et d’un espace de dialogue et de rencontres où se côtoient différentes générations.

"Une équipe, plus jeune, s’occupe de la logistique, du marketing, des ressources humaines et de la comptabilité, ce qui laisse les [pâtissiers] libres de tamiser, de mélanger et de fouetter", ajoute la BBC.

Si le reportage de la BBC vous a donné envie et si vous passez par Munich un de ces jours, n’hésitez pas à vous laisser tenter par une part de gâteau dans l’un des points de vente de la start-up :

Publicité

Par Robin Panfili, publié le 01/10/2018

Copié

Pour vous :