Aux JO, une ONG redistribue le surplus de nourriture du Village olympique

Dans le cadre de la lutte contre la malnutrition à Rio de Janeiro, des volontaires récupèrent les restes de nourriture des athlètes pour les redistribuer sous forme de repas.

beachrio1

Lancée par le chef brésilien David Hertz et l'Italien Massimo Bottura, fondateur de l'ONG Food for Soul, l'initiative Refettorio-Rio a pour but de produire 20 000 repas durant la durée des Jeux avec le surplus de nourriture du Village olympique. Les deux cuisiniers ont enrôlé 40 de leurs collègues pour nourrir les sans-abris et les personnes dans le besoin.

Publicité

Les menus sont élaborés à partir d'aliments mis de côté, comme les fruits et légumes déformés, ou bien les yaourts sur le point d'atteindre la date indicative de péremption.

"Nous voulons combattre la faim et donner accès à de la nourriture saine" a déclaré David Hertz à l'agence Reuters. Alors que les Nations unies estiment à 800 millions le nombre de personne qui souffrent de la faim autour du globe, environ 40 % de la nourriture produite dans le monde est jetée ou gâchée. Le Brésil a réussi a faire baisser le pourcentage de personnes ne mangeant pas à leur faim sous la barre des 5 % sur son territoire, mais des millions de Brésiliens sont toujours concernés.

Les initiatives de ce genre jouent un rôle important dans l'éducation globale sur la problématique du gaspillage alimentaire, selon Brian Lipinski, responsable de l'ONG World Resources Institute (WRI). Se concentrer sur des législations nationales destinées à prévenir le gaspillage alimentaire aura plus d'impact sur une population grandissante que de chercher à augmenter la production de nourriture, ajoute-t-il.

Publicité

En France, la loi qui interdit aux supermarchés de jeter les invendus alimentaires a été adoptée en février 2016.

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

Par Matthew Kirby, publié le 10/08/2016

Copié

Pour vous :