©Drew Coffman/Unsplash

Café suspendus et repas en attente : une tradition de solidarité qui se propage

Samedi, c’est la Giornata del caffè sospeso. En d'autres termes, c'est la journée du "café suspendu" ou encore du café solidaire.

©Drew Coffman/Unsplash

©Drew Coffman/Unsplash

Publicité

Le principe est simple : on entre dans un bar pour boire un café, et on en paie un deuxième que l’on laisse en attente (d'où le terme "suspendu") pour une personne dans le besoin. Cette vieille coutume napolitaine est aujourd’hui célébrée dans toute l’Italie avec une journée nationale qui a lieu le 10 décembre. En France, on a adapté cette initiative solidaire à notre sauce avec la "baguette suspendue", comme le racontent Le Figaro et France Inter.

Ainsi, à Montreuil, une boulangerie bio permet à ses clients de mettre des baguettes en attente, à l'instar de plusieurs établissements à travers la France. Mais dans cette commune de Seine-Saint-Denis, il y a aussi des "fromages suspendus". "Je voulais permettre aux plus démunis de se nourrir sans être obligés de faire la manche, en gardant leur dignité", explique Eric Legros, fromager. Aux Lilas, toujours en région parisienne, les boucheries et les librairies participent aussi à l'initiative.

Des cafés aux pizzas

Une association du café suspendu a même vu le jour en France. Regroupant une centaine de bénévoles, elle propose de recenser les lieux et commerces participants et distribue des kits pour faciliter les dons. L’idée est surtout de permettre à ceux qui souhaitent donner de savoir dans quels établissements ils peuvent mettre un produit en attente, en distribuant des tickets, des affiches et un label "café suspendu".

Publicité

Comme le détaille Le Figaro, le principe a fait le tour de la France et on retrouve désormais à Marseille, à Orléans, à Strasbourg ou encore à Beauvais des pizzas ou des sandwichs suspendus. Cette belle tradition a également traversé l’océan pour arriver en Argentine ou encore au Mexique... Une initiative solidaire digne d'un conte de Noël. 

Par Sirine Azouaoui, publié le 09/12/2016

Copié

Pour vous :