Le chef étoilé Massimo Bottura veut ouvrir un restau pour les personnes défavorisées à Paris

Pour étendre à la capitale française sa lutte contre le gaspillage alimentaire et l’exclusion sociale.

Le célèbre chef italien a confié dans une interview au quotidien Le Figaro qu’il envisagerait d’ouvrir un second restaurant solidaire… dans la ville de Paris. Massimo Bottura, dont le restaurant à Modène l’Osteria Francescana a été élu meilleure table du monde en 2016, rêve ainsi d’installer à Paris un refettorio, soit une soupe populaire moderne pour les personnes en difficulté. De grands chefs viennent ainsi cuisiner gratuitement pour les plus démunis, à partir d’excédents cédés par les entreprises du secteur agroalimentaire. Il confie :

Publicité

"L’idée est de créer des espaces esthétiques que l’on modèle à notre façon. On y accueille des personnes en difficulté, démunies. Ensuite, on leur offre des repas sur le principe de la soupe populaire. Il est important de lutter contre le gaspillage des aliments, alors nos cuisiniers utilisent uniquement des surplus récupérés par des associations partenaires. En tant que chef, on ne nourrit pas simplement les gens. Le plus important est de leur transmettre des émotions, de la joie."

Ce chef, qui possède trois étoiles au guide Michelin, avait d’abord lancé cette initiative en 2015 lors de l’Exposition universelle de Milan puis l’a reconduite aux Jeux olympiques de Rio un an plus tard. Mais il ne s’est pas arrêté là, puisqu’il a également ouvert un refettorio, baptisé Felix, à Londres en juin dernier et qu’il prévoit d’étendre le concept à neuf villes américaines. Massimo Bottura rêve aujourd’hui de voir ce projet s’implanter à Paris pour aller encore plus loin dans sa lutte contre le gaspillage alimentaire et l’exclusion sociale.

D’après le magazine Food&Sens, le 26 septembre prochain, Yannick Alléno va même accueillir dans son restaurant trois étoiles un événement en soutien au Refettorio Gastromotiva, l’association menée par Massimo Bottura.

Publicité

Par Pauline Giacomini, publié le 27/09/2017

Copié

Pour vous :