Uwe Hermann/Flickr

Voilà comment l'industrie du sucre a manipulé la science pendant 50 ans

Des documents historiques publiés récemment montrent comment l'industrie du sucre a payé des scientifiques pour qu'ils minimisent son rôle dans les maladies cardiaques et accentuent celui du gras.

Uwe Hermann/Flickr

Uwe Hermann/Flickr

On entend souvent parlé des liens entre les entreprises agro-alimentaires et les études scientifiques. Il est parfois difficile de croire les recherches qui se suivent, se contredisent et sont souvent financées par tel ou tel industriel. Des documents découverts récemment par des scientifiques américains mettent au jour la manipulation exercée par l'industrie du sucre pendant 50 ans sur ces études.

Publicité

Documents historiques ont été découverts par des chercheurs de l'Université de Californie. On y découvre le "Projet 226" ou comment dans les années 60, un groupe d'entreprises du sucre ont acheté des scientifiques pour une étude favorable. La Sugar Research Foundation, aujourd'hui, Sugar Association, un groupe industriel voulait mettre fin aux inquiétudes autour du rôle du sucre dans les maladies cardiaques. L'association a donc payé des chercheurs de la prestigieuse université de Harvard l'équivalent de 50 000 dollars actuels pour aller dans ce sens.

Publiée en 1967, l'étude pro-sucre conclut donc qu'il n'y a pas de doute possible, que pour éviter les maladies cardiovasculaires, la seule précaution à prendre est de réduire sa consommation... de gras !

Les trois scientifiques auteurs de l'étude sont aujourd'hui morts. Mais l'un deux était chargé de la nutrition au département américain de l'agriculture et en 1977, il a aidé à rédiger les commandements nutritionnels du gouvernement, comme l'explique le New York Times. Ces découvertes montrent donc que jusqu'à maintenant, cette manipulation par les industriels a toujours une influence.

Dans un éditorial de la même revue, Marion Nestle, professeure de nutrition et de santé publique déclare : "Est-il vrai que des entreprises agro-alimentaires ont manipulé la recherche en leur faveur ? Oui, c'est vrai, et cette pratique continue." Elle rappelle ainsi que l'année dernière, le New York Times a enquêté sur les études financées par Coca-Cola pour minimiser le lien entre boissons sucrées et obésité. En juin, l'agence Associated Press a découvert qu'un regroupement d'entreprises de bonbons avait financé et influencé des études qui montrent que les enfants qui mangent les sucreries sont moins obèses ou en surpoids que les autres.

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 13/09/2016

Copié

Pour vous :