Fortune livre sa liste des femmes les plus innovantes dans le domaine de l’alimentation

Pour la quatrième année consécutive, ce classement révèle qui a eu le plus grand impact sur ce que nous avons pu boire ou manger.

© Warner Bros. Pictures

Le magazine américain consacré à l’économie Fortune et le mensuel Food & Wine ont dévoilé leur classement des 20 femmes les plus innovantes et influentes dans le domaine de l’alimentation pour l’année 2017. On a décidé de partager avec vous les portraits des 10 femmes arrivées en tête de liste. Qu’elles soient cheffes, entrepreneuses, féministes, qu’elles se battent pour le développement durable, la protection de l’environnement, l’égalité des chances ou la nutrition infantile, ces femmes sont puissantes et ont au moins un point commun : la passion pour leur métier.

Publicité

Katherine Miller, fondatrice de Chef Action Network

Publicité

© Brooks Kraft

L’Américaine Katherine Miller lutte à travers son association Chef Action Network pour la transformation du système alimentaire aux États-Unis. Cette association à but non lucratif a été créée pour éduquer les chefs sur tout ce qui concerne l’alimentation, de la nutrition infantile aux systèmes alimentaires durables, pour qu’ils puissent, à leur tour, mobiliser l’opinion et utiliser leur influence pour changer les mentalités.

Publicité

Christine Moseley, Fondatrice de Full Harvest

Christine Mosoley a créé en 2016 Full Harvest, une entreprise qui lutte contre le terrible fléau du gaspillage alimentaire aux États-Unis. Il s’agit d’une plateforme en ligne qui met en relation les producteurs et les consommateurs pour éviter à des millions de tonnes de nourriture de finir à la poubelle. En plus de réduire les déchets, le programme permet aux agriculteurs de générer plus de revenus et fait économiser de l’argent aux acheteurs, les produits étant moins chers qu’en supermarché.

Martha Hoover, fondatrice de Patachou, Inc.

Publicité

Martha Hoover est une entrepreneuse américaine originaire d’Indianapolis. Après avoir été procureure spécialisée dans les crimes sexuels, elle a tout lâché pour fonder son propre restaurant. Aujourd’hui, elle est à la tête d’un bar à champagne (Petite Chou), une pizzeria artisanale (Napolese), un café axé sur les produits du marché et microferme (Public Greens) qui fait don de ses bénéfices aux enfants dans le besoin. Martha Hoover fonde en 2013 The Patachou Fondation, avec pour mission d’offrir des repas sains après l’école aux enfants touchés par la précarité et l’insécurité alimentaire.

Nicole Bernard Dawes, fondatrice de Late July

Dans le domaine ultraconcurrentiel des snacks aux États-Unis, Nicole Bernard Dawes a su imposer sa marque Late July comme une référence des produits healthy. Late July propose des encas bio, durables et sans OGM. En complément de sa démarche saine et écologique, Late July reverse 10 % de ses bénéfices à des organismes de bienfaisance pour les enfants, l’environnement et pour lutter contre la malnutrition.

Joy Spence, maîtresse de chai chez Appleton Estate

Joy Spence est maîtresse de chai chez Appleton Estate, une distillerie de rhum vieille de 268 ans, en Jamaïque. Elle est également la première femme à détenir ce titre dans une entreprise de spiritueux. C’est une femme passionnée. Diplômée en chimie, elle transmet son enthousiasme pour le rhum et son métier en enseignant à l’université des Antilles. Elle confie : "Je souhaite que les universités et l’industrie des spiritueux fassent davantage pour encourager les femmes à aller sur le terrain. Il n’y a pas de barrières de genre dans le milieu de la distillerie."

Linda Appel Lipsius, cofondatrice de Teatulia

Linda Appel Lipsius dirige d’une main de maître Teatulia, la première société à importer du thé du Bangladesh aux États-Unis, mais aussi à recevoir un statut biologique certifié par l’USDA au Bangladesh. Teatulia a cultivé sa plantation de thé dans le nord du pays, le long de la frontière avec l’Inde et au pied de l’Himalaya, régénérant la terre tout en rajeunissant l’économie. L’entreprise a également créé une coopérative pour fournir des programmes d’éducation, de santé et d’alimentation à ses employés (environ 800 personnes à temps plein et près de 1 000 pendant la récolte) ainsi que des personnes dans les communautés environnantes.

Susan Lyne, fondatrice de BBG Ventures

Susan Lyne est à l’origine de BBG Ventures, un fonds d’investissement pour les technologies de consommation, en partenariat avec AOL. Il a été fondé pour investir 10 millions de dollars dans des entreprises avec au moins une femme fondatrice. Plus de 1 600 compagnies ont été examinées avant d’en retenir 40. Ils ont notamment financé Full Harvest. BBG Ventures soutient des femmes qui utilisent la technologie pour relever les défis de la vie quotidienne et transformer les habitudes de consommation.

Ntsiki Biyela, vigneronne et fondatrice de Aslina Wines

Ntsiki Biyela est reconnue mondialement comme la première femme noire vigneronne d’Afrique du Sud, un exploit dans un milieu qui est encore dominé par les hommes et dans un pays où plus de 290 000 personnes travaillent dans le vin, mais où il y a encore moins de 50 propriétaires noirs de vignobles. En 2009, elle est nommée "vigneronne de l’année" en Afrique du Sud. En 2016, Biyela se consacre à plein temps à la gestion de sa propre compagnie viticole, Aslina, qu’elle a créée en partie pour soutenir sa communauté et aider les étudiantes à trouver du travail dans l’industrie du vin.

April Bloomfield, cheffe et entrepreneuse

Il y a dix ans, April Bloomfield, la cheffe du célèbre Spotted Pig de New York, a été nommée Meilleur nouveau chef par Food & Wine. Depuis, elle et ses partenaires commerciaux ont ouvert plusieurs autres restaurants, aidant des dizaines de femmes à lancer leur carrière dans la cuisine. Aujourd’hui, April Bloomfield est également à la tête d’une boucherie à New York et d’une ferme-hôtel.

Sarah Michelle Gellar et Galit Laibow, cofondatrices de Foodstirs

© Foodstirs

Oui, oui, on parle bien ici de l’actrice adulée par tous ceux qui ont été ados à la fin des années 1990. Sarah Michelle Gellar et Galit Laibow ont lancé en 2015 Foodstirs, leur marque de kits de pâtisserie adaptés aux enfants. Les produits sont disponibles en ligne et sont maintenant distribués dans plus de 7 000 magasins à travers les États-Unis. Ils sont fabriqués avec des ingrédients issus du commerce équitable, naturels et sans OGM.

Par Pauline Giacomini, publié le 20/09/2017

Copié

Pour vous :