(©T.TSeng)

Contre la chaleur estivale, les Coréens avalent de la soupe brûlante

Pendant les trois journées les plus chaudes de l’été, les Coréens se ruent dans les restaurants pour siroter une soupe bouillante au poulet, à l’ail et au ginseng. Une tradition aux nombreuses vertus.

 

Avec la température qui monte, vous ne rêvez que de crudités et d’une bière fraîche ? C’est tout l’inverse des Coréens. Au Pays du matin calme, on croit dur comme fer en l’apport médicinal de la nourriture. Et face à la chaleur estivale, on combat le feu par le feu, selon un dicton populaire. Ou plutôt, la chaleur par la chaleur.

Publicité

 

En pleine mousson, pendant les trois journées les plus chaudes de l’été, selon le calendrier lunaire, les Coréens font la queue pour manger le “samgyetang”. Il s’agit d’une soupe très populaire à base de poulet, de ginseng et d’ail, servie bouillante, dans un bol en pierre.

“Pensez tout simplement aux propriétés d’un Gatorade (boisson énergisante) sous forme de soupe”,

Publicité

C'est le blogueur et spécialiste de la cuisine coréenne, Joe McPherson qui raconte les vertus de cette soupe à Vice. Redonner des forces, donc, mais aussi rééquilibrer la température du corps.

Très attachés à leur cuisine, les Coréens perpétuent la tradition. Tout part d’une philosophie : l’équilibre du flot d’énergie qui traverse le corps humain. La nourriture joue un rôle crucial dans le lien entre le corps et l’environnement extérieur. S’il fait chaud dehors, il faut que le corps s’adapte en mangeant du chaud.

Le samgyetang est pensé pour rééquilibrer l’énergie des Coréens. Le poulet est abattu jeune, à un mois, pour qu’il puisse rentrer dans le bol en pierre et cuire doucement avec du riz collant et des jujubes. Le bouillon est parfumé avec de l’ail, censé faciliter la circulation sanguine. Et le ginseng est lui considéré comme un médicament pour tout : la chaleur donc, mais aussi le cancer du foi, la grippe porcine, l’éjaculation précoce… Alors, prêt à remplacer le gaspacho par une soupe de poulet ?

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 28/06/2016

Copié

Pour vous :