© Agence Producteurs Locaux Damien Kühn / Unsplash

L’État réduit les aides au maintien de l’agriculture bio au profit des nouveaux producteurs

Lors du salon Tech&Bio, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, a annoncé la réduction de l’aide aux agriculteurs bio.

© Agence Producteurs Locaux Damien Kühn/Unsplash

"Le développement de la filière bio en France est une priorité du gouvernement", a annoncé le ministère de l’Agriculture. Pourtant, il a décidé de transférer une partie des aides au maintien de l’agriculture bio au profit des exploitations qui souhaitent se "convertir" au bio.

Publicité

Au salon Tech&Bio qui s’est tenu à Bourg-lès-Valence (Drôme) le 20 septembre dernier, le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a déclaré : "J’ai pris la décision, que j’assume totalement, de transférer à partir de 2018 4,2 % des aides du premier pilier pour abonder le deuxième pilier des aides de la PAC […] pour accompagner les agriculteurs qui s’engagent dans cette transformation [bio] de leur modèle de production."

Pour faire simple, l’État a choisi de se désengager des aides au maintien destinés à ceux qui cultivent déjà du bio. Une partie des soutiens (4,2 %) sera versée aux agriculteurs souhaitant passer au bio et s’engager dans la voie d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. "Nous allons, dès 2018, recentrer les budgets disponibles sur le financement des nouveaux contrats d’aide à la conversion", a déclaré Monsieur Travert, permettant de financer la formation des agriculteurs et d’accompagner la période de transition pendant trois ans.

"Le secteur biologique français connaît une croissance historique, a indiqué le ministre. Le marché est estimé à plus de 7 milliards d’euros pour l’année 2016, en croissance de 20 % par rapport à 2015, année au cours de laquelle une hausse de 15 % avait déjà été enregistrée. Et cela continue de progresser sur le premier trimestre 2017." Un moyen d’encourager les exploitations à se mettre au bio et tourner le dos à l’agriculture intensive conventionnelle.

Publicité

Afin de maintenir un soutien spécifique aux agriculteurs bio, le gouvernement assure qu’il prolongera le crédit d’impôt bio qui devait prendre fin en 2017.

Par Valentine Cinier, publié le 25/09/2017

Copié

Pour vous :