L’histoire du "brigand du petit-déjeuner" qui dévalisait les buffets d’hôtels

L’homme est toujours en cavale.

Buffet. (© Rawpixel/Unsplash)

Un petit-déjeuner chaud, et surtout gratuit, peut parfois donner les pires idées. Dans la ville de Dalton, en Géorgie (États-Unis), la police locale est à la recherche depuis plusieurs semaines d’un homme en cavale, décrit comme un "brigand du petit-déjeuner".

Publicité

En quelques semaines, l’homme en question aurait commis plusieurs vols dans différents hôtels de la ville, emportant avec lui de l’argenterie, des serviettes, des savons et shampoings, tout en se servant allègrement aux buffets en libre-service réservés aux clients des différents établissements, rapporte la télévision locale WRCB.

Le fugitif s’est d’abord attaqué à un Holiday Inn Express, où il a été repéré en train d’errer et de vagabonder dans les couloirs, avant de se diriger vers le buffet. "Je pense qu’il savait. Cet hôtel est réputé pour son petit-déjeuner", a déclaré Cecy Lagunas, cheffe de la réception de l’établissement à la télévision locale.

"Il semblait perdu. Quand je l’ai vu faire des allers-retours, je me suis dit qu’il y avait quelque chose de louche."

Publicité

Extrait de la caméra de vidéosurveillance du "brigand du petit-déjeuner". (© Dalton Police)

L’excuse du téléphone oublié

L’homme, une fois approché par la cheffe de la réception, n’a pas vraiment maquillé ses intentions. Il aurait tout simplement reconnu être là "juste pour voir combien il était facile de s’infiltrer dans des hôtels et d’avoir des trucs gratuits". Après cet échange, le manager de l’établissement lui a expressément demandé de quitter les lieux – ce qu’il a fait sans discuter.

Cela ne l’a toutefois pas empêché de poursuivre ses expéditions les jours suivants, dans d’autres hôtels de la ville. Le lendemain, il s’est rendu dans un Quality Inn voisin et est parvenu à pénétrer dans une chambre en cours de nettoyage. Il n’a été approché par les employés de l’hôtel qu’une demi-heure plus tard, avant de déguerpir.

Publicité

Le surlendemain, c’est dans un hôtel Super 8 qu’il s’est faufilé. Afin d’accéder à l’établissement, le fugitif s’est présenté à la réception en prétextant un oubli de téléphone dans une chambre. Mais cette fois, les employés lui ont demandé de partir, le menaçant d’appeler la police.

Depuis, l’homme n’a plus été revu.

Par Robin Panfili, publié le 27/09/2018

Copié

Pour vous :