Face à l'essor des burgers artisanaux, MacDo cherche à se réinventer

Le manque d’intérêt des jeunes américains pour le Big Mac, burger emblématique de la chaîne, est le signe d’une bataille difficile face aux versions artisanales et à l'aspiration au "bien manger". 

©Frédéric BISSON/Flickr

© Frédéric Bisson/Flickr

Publicité

"McDonald’s fait enfin face au fait que ses burgers sont nuls", titre la rubrique culinaire du New York Magazine. Et que dire d’autre après avoir découvert qu’aux États-Unis, un millennial sur cinq n’a jamais croqué dans un Big Mac ? Les millennials — soit la génération des 18-34 — semblent plus attirés par les burgers artisanaux de qualité plutôt que par les cheeseburgers aux ingrédients surgelés de McDo.

Le Wall Street Journal a consacré un article sur la stratégie de McDonald’s pour remonter au sommet du burger game. Les ventes stagnent depuis quelques années, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour le leader mondial du fast-food. Il est certain que les burgers-frites à la chaîne ont du mal à trouver leur place dans une population qui essaie de mieux manger ou de supprimer les protéines animales. Et ce n’est pas que les burgers n’intéressent plus personne, au contraire : les burgers veggie inondent Instagram, et les chaînes de burgers de luxe se multiplient partout.

Big Mac versus bon burger fait maison à base de produits frais : le choix est fait

Le PDG de McDonald’s, Steve Easterbrook, tente de rester optimiste et veut repenser les "croyances héritées" de la chaîne. Depuis quelques années, l’arche jaune essaie ainsi de changer son image et d’attirer de nouveaux publics, par tous les moyens. Frites à volonté dans une franchise américaine, burgers de luxe plus chers, viande fraîche et pas congelée, poulet sans antibiotiques… McDo a même ouvert un McCafé sans burger ni frites à Paris. Au menu, des gâteaux, des salades, des sandwiches et aucune mention "McDonald’s" dans le magasin. Cette stratégie s'accompagne souvent de prix plus élevés, dont les clients ne raffolent pas.

Publicité

Le Big Mac représente 20 % des ventes de la chaîne à l’arche jaune et si les jeunes, qui sont le cœur de cible de McDo, ne s’y intéressent plus, c’est une très mauvaise nouvelle pour le leader de la junk food. 

Lire aussi -> Selon des chercheurs anglais, l’amour du gras serait dans les gènes

Par Sirine Azouaoui, publié le 12/10/2016

Copié

Pour vous :