©Mike Kenneally/Unsplash

Un outil pour calculer comment votre assiette impacte l’environnement

L’association Bon pour le climat a créé un éco-calculateur qui compte les calories, les protéines mais aussi les grammes de CO2 contenus dans ce qu’on mange.

©Mike Kenneally/Unsplash

© Mike Kenneally/Unsplash.

Publicité

Depuis quelques temps, les chefs et les consommateurs commencent à s’inquiéter de l’effet de nos assiettes sur l’environnement. Quand on pense à la pollution, on imagine très facilement les voitures, les avions ou les usines, mais on oublie souvent de questionner le bout de nos fourchettes. Or, l’alimentation représente 36 % des émissions de gaz à effet de serre.

Certes, tout le monde sait qu’élever des vaches coûte cher à la planète, mais à part ça ? Difficile de deviner l’empreinte carbone d’une salade ou d’un poulet/frites. Et quels choix faire pour la réduire ? Pour répondre à ces questions, l’association Bon pour le climat qui lutte pour des habitudes alimentaires durables a créé un éco-calculateur qui donne l’impact environnemental de votre nourriture en poids de CO2.

capture-decran-2016-11-28-a-16-14-16

© Bonpourleclimat.org

Publicité

Manger local et de saison

Pour savoir, on choisit donc des aliments dans des catégories fruits-légumes, viandes-produits laitiers, poissons ou autres. On ajoute la quantité, le mode de conservation, la provenance (local, France ou étranger). L’outil nous dit lui-même si le produit est de saison ou pas. Le résultat nous donne plusieurs informations : le poids en CO2 donc, mais aussi le pourcentage de produits de saison, de produits locaux, le total des calories et des protéines.

capture-decran-2016-11-28-a-16-17-38

© Bonpourleclimat.org

Par exemple, un plat de blanc de poulet, frites surgelées et haricots verts en conserve pèse 1414 grammes de CO2, c’est moins que la moyenne de l’empreinte carbone d’un repas français qui est de 2500 grammes. Au contraire, si on mange du bœuf avec des carottes et du riz, ça s’alourdit : 4795 grammes. Avec une copieuse assiette de légumes locaux et de saison (chou rouge, courge, épinards et lentilles), on est light avec 242 grammes de CO2.

Publicité

L’éco-calculateur permet donc de mettre un chiffre précis sur des impératifs qu'on connaissait : le local, le saisonnier et privilégier le végétal sur l’animal. Ainsi, un légume de saison et de production locale génère 20 fois moins de gaz à effet de serre qu’un légume hors saison importé, selon Bon pour le climat. Et pour un kilo de bœuf, on peut produire 11 kilos de volaille ou 10 kilos de crustacées.

Un outil bien pratique pour s’engager dans la cuisine "bas carbone".

Par Sirine Azouaoui, publié le 29/11/2016

Copié

Pour vous :