Les pêcheurs de Galle, au Sri Lanka. (© Daniel Klein)

Dans le quotidien haut perché des pêcheurs sur échasse du Sri Lanka

De génération en génération, ils tentent de perpétuer la tradition de la pêche sur échasse.

Les plages de la ville de Galle, au Sri Lanka, ne ressemblent à aucune autre. Sur le rivage, aux premières heures du matin et au coucher du soleil, la même scène se répète depuis des décennies : plusieurs hommes s’avancent dans l’eau et grimpent agilement sur des pilotis plantés dans le sable.

Publicité

Équipés d’une canne à pêche, ces derniers pratiquent ce qu’on appelle la pêche à l’échasse, une technique qui se transmet de génération en génération et que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde, raconte Great Big Story.

Encore aujourd’hui, on ne sait pas grand-chose de cette tradition ancestrale, sinon qu’elle serait née après la Seconde Guerre mondiale, faute de rochers suffisants pour accueillir tous les pêcheurs sur le rivage.

Cinq kilos de poisson

Mais il existe d’autres hypothèses sur la genèse de cette technique de pêche unique. Face à la puissance des vagues de l’océan indien, la pêche sur échasse semble avoir été le meilleur moyen de capturer les poissons, très présents en bord de plage, à l’aube et au crépuscule.

Publicité

Du haut de ces pilotis de bois ou de fer qui s’élèvent jusqu’à deux mètres de hauteur, les pêcheurs peuvent capturer jusqu’à cinq kilos de poisson durant la haute saison. Un rendement cependant trop faible pour que ces hommes puissent vivre de la pêche, ce qui les oblige souvent à avoir une activité professionnelle en parallèle.

Par Robin Panfili, publié le 21/09/2018

Copié

Pour vous :