Selon Internet, Pamela Anderson aurait empoisonné Julian Assange avec un sandwich végan

L’actrice d'Alerte à Malibu a rendu visite au fondateur de Wikileaks à l’ambassade d'Équateur à Londres.

capture-decran-2016-10-18-a-15-20-11

Publicité

Pamela Anderson et Julian Assange. Ces deux noms dans une même phrase, voilà qui est déjà étonnant. Quand on ajoute à ça une théorie du complot d’empoisonnement par de la nourriture végane, on se rend compte de la véritable magie d’Internet. L’actrice est en effet allée rendre visite à Julian Assange dans les murs de l’ambassade d’Équateur à Londres et lui a apporté de quoi se sustenter, sans protéine animale, bien sûr.

Depuis quatre ans, le hacker le plus célèbre du monde, visé par un mandat d'arrêt pour une agression sexuelle présumée en Suède, qu’il conteste, vit reclus dans l’ambassade équatorienne. Pamela Anderson est donc allée à sa rencontre, comme le raconte Mashable. Elle a expliqué à l'agence de nouvelles britannique Press Association qu’elle lui avait apporté "un bon déjeuner végan et des encas végans". 

"Il a dit que je l’avais torturé en lui ramenant de la nourriture végane, a plaisanté l'actrice, ajoutant : Je crois vraiment en lui, je pense que c’est quelqu’un de bien, et je suis inquiète pour sa santé, sa famille. J’espère juste que, par miracle, il soit remis en liberté."

Publicité

Un déjeuner végan empoisonné

Apparemment, les deux se sont bien entendus. Jusque-là, tout va bien. Après la rencontre Assange-Anderson, le compte officiel de Wikileaks a envoyé trois tweet cryptés sur John Kerry, l’Équateur et le Royaume-Uni. Pas de doute, pour les internautes, ces trois tweets sont le signe de la mort de Julian Assange. Il s'agirait ainsi des dernières informations que le fondateur de Wikileaks avait prévu de faire fuiter à son décès. Et bien sûr, c’est Pamela Anderson qui l’a empoisonné à coups de sandwichs végans. Tout ça serait même commandité par Hillary Clinton, sur laquelle Wikileaks avait révélé des informations.

Publicité

Publicité

Par Sirine Azouaoui, publié le 18/10/2016

Copié

Pour vous :