Par Pauline Giacomini

Les fruits et légumes bio restent 79 % plus chers que leurs équivalents conventionnels. La faute à qui ?

© Alexandr Podvalny/Unsplash

Dans une étude publiée mardi 29 août, l’UFC-Que Choisir accuse la grande distribution de pratiquer des "marges exorbitantes" sur les produits issus de l’agriculture biologique. L’association de consommateurs a mené l’enquête sur 1 542 magasins partout en France et a sélectionné dans chacun un panier de 24 produits représentatifs de la consommation des ménages français. Le résultat a révélé une pratique de tarifs prohibitifs et injustifiés de la part de ces distributeurs.

Les Français sont de plus en plus préoccupés par les incidences de leur alimentation sur leur santé et l’environnement. Les ménages accordent ainsi une part croissante de leur budget à l’achat de produits bio. Et la grande majorité d’entre eux le font en supermarché. Une tendance dont la grande distribution tire profit en revoyant ses marges à la hausse.

Selon Le Monde, l’étude révèle que les marges brutes de la grande distribution sont, en moyenne, deux fois plus élevées (+ 96 %) pour les produits bio que pour ceux issus de l’agriculture conventionnelle. De plus, l’écart de marge est particulièrement spectaculaire pour les deux produits frais les plus consommés dans ce rayon : + 145 % pour la tomate et + 163 % pour la pomme. Le prix d’une consommation annuelle en fruits et légumes bio reviendrait ainsi en moyenne à 660 euros, contre 368 euros pour l’agriculture classique.

Un écart excessif qui pourrait freiner l’élan de consommation de produits bio. Selon l’UFC-Que Choisir, le consommateur devrait donc penser à varier ses sources d’approvisionnement, en allant par exemple dans des magasins spécialisés ou tout simplement au marché.