Par Sixtine Jacquemin

Imad Alarnab lève des fonds en servant aux foodies londoniens la cuisine de son pays natal : une partie des bénéfices de son restaurant pop-up est reversée à l’hôpital pour enfants d’Alep.

Propriétaire de plusieurs restaurants dans la ville de Damas, Imad Alarnab était un chef reconnu en Syrie. Après avoir perdu deux de ses restaurants sous les bombardements, Imad Alarnab fuit la guerre et prend la décision de quitter la Syrie avec sa famille en juillet 2015. S’ensuit alors un long périple pour arriver en Angleterre : les passages par le Liban, la Turquie et la Grèce, le voyage en bateau pour rejoindre la Macédoine, puis la Serbie et la Hongrie. En arrivant à Calais, il dort sur les marches d’une église pendant 64 jours, avant de rallier enfin l’Angleterre.

Arrivé sur le sol anglais, il travaille d’abord pour un concessionnaire automobile, mais finalement, avec l’aide de plusieurs associations, ce passionné parvient à retourner en cuisine. Il ouvre plusieurs restaurants pop-up dans le cœur de Londres, qui affichent complet tous les soirs. Son nouveau restaurant, Imad’s Choose Love Kitchen, ouvert jusqu’à la fin juin, ne désemplit pas.

Le goût de l’entraide

Aujourd’hui, Imad Alarnab veut aider les personnes restées en Syrie, tout en faisant ce qu’il aime : cuisiner. Comment ? En reversant une partie des bénéfices de ses restaurants pop-up à l’hôpital pour enfants Hope d’Alep. Cet hôpital a été le premier à faire appel au crowdfounding début 2016, ce qui lui a permis d’acquérir de nouveaux incubateurs et d’offrir des traitements pour les femmes enceintes, nouvellement mères et les nouveau-nés.

"La nourriture est la plus grande partie de la culture syrienne", confie Alarnab au Guardian, le magazine anglais à qui il a raconté son aventure. "La nourriture rapproche les gens" et on peut dire qu’Imad Alarnab rapproche chaque jour Syriens et Britanniques.