Une start-up française veut nous faire manger des steaks d’insectes

L’entreprise IN — "in", comme la première syllabe d’insecte — s’apprête à commercialiser de la fausse viande faite à base d’insectes.

Facebook IN Les Fruits de Terre

© Facebook IN, Les Fruits de Terre

Les insectes seraient la protéine du futur. C’est du moins la rumeur qui court chez certains entomophages, ceux qui se nourrissent de vers et autres criquets. La pratique est très répandue dans beaucoup de pays du monde, mais peut sembler encore bien déroutante pour les Occidentaux. Adrien Lamblin, jeune start-upeur, veut changer cette vision avec ses steaks aux "fruits de terre".

Farine de pois chiches et vers de farine

Les insectes sont en effet une bonne source de protéines mais aussi de fer, de zinc et de calcium. D’où l’idée de remplacer le steak de vache, très polluant, par un steak de "fruits de terre", ou plus précisément de vers de farine. "Nous les transformons en farine. Avec des chefs cuisiniers, nous avons élaboré une recette de steak qui soit à la fois croustillant et moelleux", détaille Adrien Lamblin à BFM Business. À l’intérieur donc, du ver broyé mais aussi (et en grande partie) de la farine de pois chiches.

Le fondateur d'IN vient récemment d’être primé au concours de Foodtech de l’institut Paul Bocuse à Lyon. Pour l’instant, la start-up ne dispose que d’une page Facebook sur laquelle on peut commander les steaks pour une remise en main propre à Lyon. Des dégustations de burgers aux fameux INsteaks sont également organisées. Pour la suite, Adrien Lamblin espère vendre dans les magasins bio, à travers les AMAP, mais aussi aux foodtrucks et restaurateurs. En attendant, la start-up réfléchit à de nouvelles recettes. La quenelle lyonnaise pourrait avoir droit à sa version protéine du futur.

Par Sirine Azouaoui, publié le 14/12/2016