© Starship Technologies

Vos repas vous seront peut-être bientôt livrés par des robots

Un système de livraison assuré par des machines est testé en ce moment même dans près de 58 villes à travers le monde.

© Starship Technologies

© Starship Technologies

Au sud de Londres, le quartier de Greenwich est depuis quelques semaines investi par sept petits robots à roulettes qui déambulent dans les rues. Ils ne nettoient pas les trottoirs et ne ramassent ni les déchets, ni les crottes de chiens, mais leur utilité fait tout de même bien des heureux. Après une quinzaine de minutes de course, des humains viennent à leur rencontre, entrent un code reçu par SMS et récupèrent ce que ces machines ont pour eux : une pizza, des sushis, des côtelettes d'agneau ou n'importe quel autre plat fraîchement préparé dans un restaurant des environs.

Publicité

Ce service de livraison futuriste est actuellement testé par Just Eat dans près de 16 pays avec 65 robots conçus par la société Starship Technologies. Les utilisateurs doivent toujours commander via l'application, mais leur repas est cette fois acheminé par des machines. Celles-ci peuvent aller jusqu'à 6 km/h et sont toutes équipées de caméras, de capteurs de mouvements, d'un système GPS et d'un logiciel de cartographie. De quoi les rendre parfaitement autonomes : les appareils sont capables de situer la limite entre la route et le trottoir et sont programmés pour s'arrêter quand un humain approche à moins de deux mètres.

Autonomes certes, mais toujours sous contrôle humain

Cela n'empêche toutefois pas les fabricants de conserver un œil sur leurs créations, qui restent sous contrôle humain pendant toute la phase d'essai. Si quelqu'un essaye de les voler ou de monter dessus, une alarme se déclenche et des opérateurs peuvent reprendre manuellement leur contrôle à distance. Starship Technologies anticipe également d'éventuels reproches quant au remplacement de l'homme par la machine :

 "À l’heure actuelle, il n’y a de toute façon pas suffisamment de monde pour assurer toutes les livraisons lors des pics de commandes. De plus, on espère qu’avec tous les prestataires dont on aura besoin pour chaque robot, cela contribuera à créer de l’emploi", se défend ainsi le directeur de la Communication et du Marketing de la société estonienne, interrogé par The Guardian.

Publicité

Qu'à cela ne tienne, les robots devraient s'implanter encore un peu plus dans les mois et les années à venir. Le quotidien espagnol El País indique par exemple que la ville américaine de Redwood City en recevra 20 de plus pour début 2017. Le futur est plus proche que jamais.

Publicité

Par Lenny Sorbé, publié le 22/12/2016

Copié

Pour vous :